La filiale locale du groupe pétrolier français, a publié le 15 février 2017, un chiffre d’affaires 2016 de 745 millions de dollars, en recul de 11% contre 842 millions de dollars en 2015.

Le champ d’Anguille, l’un des 21 puits que le groupe Total exploite actuellement sur territoire gabonais. © spie.com

 

Total Gabon a enregistré un chiffre d’affaires 2016 en baisse de 11%, qui s’explique par la baisse du prix de vente moyen des bruts partiellement compensée par l’augmentation de 6% des volumes vendus, liée au planning d’enlèvements, soit de 17,6 millions de baril contre 16,6 en 2015.

Le prix de vente moyen des deux qualités de pétrole brut commercialisées par la compagnie (Mandji et Rabi Light), s’est élevé à 37,9 dollars par baril, en baisse de 19% par rapport à 2015 (46,8 dollars par baril).

La production 2016 de pétrole brut (opérée et non opérée), liée aux participations de Total Gabon, s’est élevée à 47.400 barils par jour sur l’année écoulée. Une situation quasi-stable comparée à 47.300 barils par jour en 2015. Cette stabilité est dû, selon le pétrolier, à la meilleure disponibilité des installations sur Anguille et Torpille ; le succès des interventions de coiled tubing sur Anguille Nord-Est (ANE) et du dédusage du puits ANE008 au deuxième trimestre 2016. Elle se justifie également par l’apport des opérations de reprise de puits sur Rabi Kounga.