L’activité d’Olam Rubber se porte pour le mieux dans le Woleu-Ntem. Six ans après le démarrage de ses activités à Bitam, la société allie son activité hévéicole, ses actions sociales et la préservation de l’environnement.

Récolte du latex de l’hévéa. © Gabonreview

 

Six après le début des activités d’Olam Rubber à Bitam, dans le Woleu-Ntem, tout va pour le mieux pour la société spécialisée dans l’hévéaculture. Etendue sur 28 000 hectares, le site de Batori est doté d’une plantation de 10 860 hectares d’hévéa. Soit 2761 hectares plantés en 2014, 3052 hectares en 2015 et 2773 hectares en 2016. «Nous avons finalisé les opérations de planting», a confié le directeur général d’Olam Rubber, le 31 janvier à Bitam. «Nous n’avons plus d’extension possible», a assuré Subramanian Pérumal.

Selon le patron du site, la société emploie actuellement 1209 employés, dont 96% de Gabonais. S’agissant de l’hévéaculture à proprement parler, le responsable a souligné que l’activité est subdivisée en trois phases : la préparation de la pépinière, la préparation du terrain (y compris le planting) et la phase de maturité avec la récolte.

Récolte du latex de l’hévéa. © Gabonreview
Subramanian Pérumal et Cédric Bouessi face à la presse. Plan de la plantation d’hévéa et, deux réalisations d’Olam dans des villages impactés par son activité. © Gabonreview

Sur ce dernier aspect, Subramanian Pérumal a révélé qu’une partie de la plantation a été allouée à la formation pour la saignée. Soit une superficie de 2,27 hectares. «Nous disposons déjà d’un formateur et au fur et à mesure que nous approcherons de la période de récolte, nous allons former les personnes préalablement recrutées pour la saignée», a affirmé le directeur général d’Olam Rubber.

En dehors de l’hévéaculture, Olam Rubber mène aussi d’autres activités visant à promouvoir l’activité agricole. «Nous avons des jardins dont les produits sont vendus sur place 40 à 60% moins chers que la concurrence», s’est réjoui le patron de la société. Le site de Batori dispose également d’un hôpital, d’une brigade, d’aires de jeu, d’un magasin et de logements. «Nous avons 45 lots de 10 logements à construire dans le cadre du projet. Et, nous disposons déjà de 26 maisons construites», a indiqué Subramanian Pérumal.

Par ailleurs, la société accorde également une place de choix à la préservation de l’environnement. «Sur notre concession de 28 000 hectares, nous avons16 450 hectares de zones à Haute valeur de conservation (HVC) ayant des espèces intégralement protégées», a révélé le responsable social et environnement d’Olam Rubber. «Nous avons aussi des zones humides, marécages et rivières, autour desquelles nous avons mis en place des zones tampon variant de 30 à 100 mètres de long selon la taille des cours d’eau sur le site», a ajouté Cédric Bouessi.

Ce pan environnemental touche également la lutte contre le carbone, avec la valorisation de certaines essences de bois. «Ce travail est fait en collaboration avec le ministère des Eaux et Forêts. Les revenus issus de la vente du bois sont destinés à alimenter notre fonds social, qui sert à financer certains projets dans les villages impactés par notre activité», a conclu Cédric Bouessi.

En effet, Olam Rubber a construit et réhabilité des logements pour enseignants et infirmiers des villages impactés par son activité. Panneaux solaires, pompes hydrauliques, entretien de routes sur plus de 500 km, etc. sont aussi à mettre à l’actif de la société.