Les maires des neuf communes des capitales provinciales du Gabon, réfléchissent à Libreville sur l’élaboration des outils de l’accélération de la décentralisation au sein des collectivités locales, ainsi que le renforcement des capacités en matière de gestion de projets et de recouvrement des recettes fiscales.

Les maires des neuf communes des capitales provinciales du Gabon réfléchissent sur l’accélération de la décentralisation. © Gabonreview

 

La secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, Judith Pemba Mombo, a ouvert le 26 novembre 2018, l’atelier de validation des documents de l’étude sur l’assistance aux municipalités. Initié dans le cadre de la réalisation de la deuxième phase du Projet de développement des infrastructures locales (PDIL2), financé par le gouvernement avec l’appui de la Banque mondiale, ces discussions devront participer à la concrétisation de la décentralisation des villes du Gabon.

Il s’agira pour les conseillers municipaux du Gabon de valider, au terme des 48 heures de travail en atelier,  le plan de renforcement des capacités de chacune des 9 communes des capitales provinciales, la réalisation des manuels budgétaire et financier des collectivités locales et le mécanisme de financement des collectivités locales. Le but étant de trouver des solutions pérennes pour  accélérer la mise en œuvre de la politique de décentralisation.

Selon la représentante de la Banque mondiale, Alice Ouédraogo, les premières activités principales réalisées dans le cadre de ce programme ont consisté en l’élaboration du diagnostic financier et organisationnel des mairies, la signature des contrats des villes, la réalisation des plans de développement local, l’élaboration des plans de développement concerté des quartiers et le schéma directeur d’aménagement et d’urbanisme. «L’ensemble de ces études permet d’évaluer les besoins en termes de services urbains en infrastructures et en équipements et la performance de la gestion administrative et financière dans les 9 capitales de provinces», a-t-elle précisé.

De l’avis de la secrétaire générale du ministère de l’Intérieur, l’objectif est de faire en sorte que les conseils locaux en général et municipaux en particulier disposent d’un réel pouvoir de décision et de moyens conséquents dans l’exercice de leur mission. «Je vous exhorte à donner un avis pertinent et à formuler des recommandations opérantes sur les thématiques suscitées ; de sorte qu’une fois adoptés, ces outils participent à la modernisation de nos municipalités nécessaire à une saine gouvernance et à un développement harmonieux et durable de leurs territoires».

D’un montant global de 100 millions de dollars (environ 50 milliards de francs), le PDIL2 prévoit la mise en place d’une décentralisation effective à travers des objectifs tels que l’urbanisation, la construction et l’assainissement des voiries. Il vise également le renforcement des capacités et de l’assistance technique, dans le cadre de la gestion de projets, du recouvrement des recettes fiscales, des stratégies organisationnelles et institutionnelles.