Réunis à Yaoundé au Cameroun le 8 juin, 19 pays africains se sont accordés pour mettre en place un Réseau intercontinental de lutte contre la piraterie maritime dans le golfe de Guinée.

Des éléments de la brigade nautique du Cameroun pendant une patrouille en mer. © D.R.

 

19 pays africains ont décidé, à la faveur d’une réunion tenue le 8 juin à Yaoundé, au Cameroun, de combattre ensemble la piraterie maritime dans le golfe de Guinée, à travers la mise en place d’un réseau intercontinental.

Ce réseau qui couvre l’ensemble des pays côtiers du golfe de Guinée, du Sénégal à l’Angola, est doté d’un budget de 6 milliards de francs CFA sur quatre ans.

Soutenu par l’Union européenne, le projet se concentrera principalement, les deux premières années, sur une zone pilote qui va du Togo au Gabon.

Il consiste notamment à développer des moyens techniques et humains propices à un échange d’information inter-régional, en matière d’activités en mer, pour arriver à bout de la criminalité maritime dans cette région.

La mise en place de ce réseau est l’aboutissement d’une résolution adoptée lors du premier sommet des chefs d’Etats et de gouvernement des pays riverains du golfe de Guinée, tenu les 24 et 25 juin 2013 à Yaoundé, au Cameroun.

Au cours de ce sommet, les différents participants avaient décidé d’encadrer l’élaboration d’une stratégie régionale intégrée de lutte contre la piraterie, commune aux États de la Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (CEEAC) et de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’ouest (Cedeao).

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga