Ali Bongo a lancé le 20 juin à Libreville les travaux du premier Salon du bois dénommé Gabon Wood Show. Peu avant, le chef de l’Etat a inauguré le Centre d’exposition du bois à la Zone économique à régime privilégié de Nkok.

Le président de la République Ali Bongo, lors du lancement des travaux du Gabon Wood Show Libreville, le 20 juin 2018.© Gabonreview

 

Les moments ayant marqué l’évènement, le 20 juin 2018. © Gabonreview

Les travaux du Salon du bois dénommé Gabon Wood Show ont été lancés le 20 juin à Libreville par Ali Bongo.

Organisé par la Zone économique à régime privilégié de Nkok (Zerp), en partenariat avec Strategic Groupe, Gabon Wood Show ressemblera dans la capitale gabonaise 75 exposants et plus de 5000 visiteurs venus de plus de 40 pays.

Durant trois jours, les participants mettront à profit cet évènement pour partager leurs expériences, acquérir de nouveaux savoirs technologiques et explorer de nouvelles sources d’approvisionnement. Il est également prévu une présentation des produits et innovations issues des industries du bois de la sous-région.

Prévu s’achever le 22 juin, ce salon vise entre autres à attirer les investissements dans le secteur forestier et booster la croissance économique des pays africains producteurs de cette ressource. Il attend également faciliter l’accès à de nouveaux marchés et aux technologies de transformation du bois.

Pour Ali Bongo, la tenue de ce premier Salon du bois est la «consécration des efforts que le Gabon n’a eu de cesse de consentir pour valoriser ses ressources forestières».

Peu avant le lancement des travaux du Gabon Wood Show, Ali Bongo a inauguré le Centre d’exposition Gabon Wood Hub à la Zerp de Nkok.

Étalé sur 12 hectares, le Gabon Wood Hub est une plate-forme consacrée à l’industrie de transformation du bois gabonais. Avec ses 60 000 m3 de hangars industriels dédiés à l’exposition de meubles, «le Centre d’exposition permettra au Gabon d’optimiser la valorisation de ses ressources en bois et constituer une passerelle vers les marchés internationaux», a estimé Gagan Gupta, le directeur général d’Olam.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga