Une vingtaine d’observateurs sera incessamment déployée au Gabon par la Communauté économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC) en vue de la supervision de l’élection présidentielle du 27 août prochain.

Ahmad Allami-Mi et Abou Moussa (archive). © centrafrique7.rssing.com

Ahmad Allami-Mi et Abou Moussa (archive). © centrafrique7.rssing.com

 

Lors d’une interview accordée jeudi à Libreville à l’agence Xinhua, le secrétaire général de la CEEAC, Ahmad Allami-Mi, a fait état de l’envoi à Libreville d’une vingtaine d’observateurs, dans le cadre des élections présidentielles du 27 août prochain au Gabon.

«La CEEAC, comme elle l’a fait d’ailleurs dans les différents États, membre qui ont connu des élections cette année, le fera aussi pour le Gabon. Les dispositions ont été prises : une équipe a été mise sur pied de veille», a laissé entendre Ahmad Allami-Mi, avant d’ajouter : «la mission principale de la CEEAC est, évidemment, d’abord d’observer les élections pour s’assurer qu’elles sont libres, transparentes et justes et qu’elles se déroulent dans une atmosphère apaisée». Dirigée par l’ambassadeur Abou Moussa, un Tchadien ayant déjà servi à Libreville comme représentant de Ban Ki-moon au bureau des nations unies pour l’Afrique centrale (Unoca), cette équipe de veille devrait arriver incessament arriver à Libreville. Elle a également pour mission de contribuer à l’apaisement du climat électoral «par des conseils aux uns et aux autres, le cas échéant».

«Nous sommes là pour éviter les attitudes violentes ; pour éviter une violation de la Constitution ; pour éviter les coups d’Etats et autres, afin que les élections se déroulent dans une atmosphère apaisée, dans le respect et la l’égalité », a indiqué Ahmad Allami-Mi.