Le document élaboré fixe désormais agents et opérateurs économiques sur les activités des services administratif, technique, financier et comptable, entre autres.

L’acte de remise du manuel de procédure par la ministre de l’Economie forestière, Estelle Ondo. © Gabonreview

 

Préoccupé par les démarches disproportionnées des agents publics dans l’accomplissement de leurs missions régaliennes, le ministère de l’Economie forestière, a élaboré un manuel de procédures pour mieux encadrer l’exercice des activités relatives aux secteurs forêt et environnement.

© Gabonreview

Ce document a été officiellement remis au secrétaire général adjoint 1 du ministère, Serges Alain Eliwantchony, par le ministre de l’Economie forestière, ce 3 avril à Libreville. «C’est un outil qui décrit de manière ordonnée et formelle, une série d’activités, de tâches, d’opérations et d’instructions, aux fins de rendre cohérentes, fiables, crédibles et pertinentes les procédures de travail des différentes entités», a déclaré Estelle Ondo

Ce manuel est configuré en trois grands registres de procédures spécifiques, avec les procédures administratives et comptables, les procédures de délivrance pour l’obtention des actes, ainsi que les procédures de contrôle. « Il devra permettre de recentrer les activités des services, et d’harmoniser le langage et les pratiques des agents en poste dans ce ministère», a martelé la ministre, notant que cela constitue un levier de plus dans l’objectif d’amélioration de la contribution du secteur forêt/bois dans la richesse nationale.

«La mise en place de ce cadre normatif devait reposer sur le dispositif législatif existant, complété par des textes d’application qui définissent le contenu de la légalité des produits issus de l’exploitation des ressources forestières et environnementales», a expliqué l’inspecteur général des services du ministère, parlant des objectifs de départ.

Les partenaires présents à la remise du manuel. © Gabonreview

Selon Esther Ntsame Alloghe, la contribution de partenaires tels que le WWF ou l’Union des forestiers industriels du Gabon et aménagistes (Ufiga), aura été déterminante pour concevoir ce manuel. Elle a également loué l’appui financier de l’Union européenne, à travers le devis-programme du projet «Appui au processus APV-Flegt».

Une démarche qui participe de la mise en place des procédures que l’Etat gabonais voudrait mettre en place, dans le cadre d’un système de vérification de la légalité du bois sorti de ses forêts. S’il existe des procédures et des exigences internes susceptibles d’attester de la légalité des produits forestiers destinés à l’exportation, certaines procédures restent cependant tacites, d’où l’intérêt de ce manuel. Les exportations des produits forestiers vers l’Europe, dans le cadre de l’APV-Flegt, s’en trouveront indéniablement facilité.

Ce référentiel, espère-t-on, permettra de dépolluer le climat de suspicion entre opérateurs économiques œuvrant dans le secteur et les agents du ministère de l’Economie forestière.

Auteur : Alain Mouanda