En prélude à l’ouverture du Gabon Woodshow qui se déroulera du 20 au 22 juin 2018 à Libreville, la capitale gabonaise a abrité le 19 juin une «rencontre business» entre les professionnels de la filière organisée par le Forest Stewardship Council (FSC).

Les professionnels de la filière bois réfléchissant à Libreville dans le cadre du business Forest Stewardship Council (FSC), le 19 juin 2018. © Gabonreview

 

A quelques que jours de la première édition de Gabon Woodshow, Salon du bois et de la technologie 2018, les professionnels et acteurs du secteur bois se sont réunis ce 19 juin à Libreville. Cette «rencontre business» est une plateforme de réflexion sur l’offre et la demande de bois certifié et de qualité venant du Bassin du Congo.

© Gabonreview

Organisée par le Forest Stewardship Council(FSC), avec la collaboration des parties prenantes européennes et régionales (Bassin du Congo) intervenant dans la filière bois, cette rencontre vise à équilibrer l’offre et la demande en bois de qualité produit dans cette sous-région. Elle ambitionne également de renforcer et de pérenniser la seule filière d’approvisionnement en bois de la sous région, dans un contexte difficile. Il est également question pour ces acteurs d’étudier la possibilité d’accroître la superficie des concessions certifiées FSC dans la zone, afin de contribuer à la protection et au maintien de la résilience des paysages forestiers de la sous région.

«Cette réunion a consisté à faire venir en République gabonaise, qui représente aujourd’hui un espoir pour la gestion responsable des forêts dans le Bassin du Congo, avec d’importantes opportunités de commerce, les acteurs clés de l’importation du bois en provenance du Bassin du Congo vers l’Europe, les acheteurs clés du secteur qui n’achètent que des produits certifiés FSC, pour qu’ils viennent à la rencontre des producteurs du Bassin du Congo afin qu’ils trouvent une entente commune, qu’ils partagent une ambition commune afin de se fixer, ensemble, une ligne de conduite, une ligne directrice jusqu’à l’année 2030», a expliqué Mathieu Auger-Schwartzenberg, le directeur FSC Bassin du Congo.

L’opportunité de commercialiser les produits FSC, affirme-t-il, assure un marché de niche qui ne décroit pas en fonction des crises. «Il a été prouvé que les sociétés forestières certifiées FSC lors de la crise internationale majeure de 2008-2009 n’ont perdu et n’ont pas réduit leur marché. C’est s’assurer une pérennité dans le temps, une viabilité économique sur le long terme», a-t-il assuré.

Les acteurs présents à Libreville aborderont durant cette journée plusieurs thématiques dont «la commercialisation des produits FSC : opportunités et challenges», «perspective de l’offre : possibilité forestières dans le Bassin du Congo à Moyen terme et le besoin de respecter le capital naturel».

Le FSC est une organisation non-gouvernementale internationale qui crée des règles de gestion durables des forêts. C’est une organisation dans laquelle interviennent un millier de membres dont le Fonds mondial pour la Nature (WWF) et le WCS.