Les Panthères du Gabon sont arrivées dans l’indifférence totale à Franceville, le 9 octobre, où elles défieront les Aigles du Mali 48 heures plus tard. Jusqu’à preuve du contraire, l’engouement populaire n’est clairement pas au rendez-vous pour cette rencontre comptant pour l’ultime journée des éliminatoires du Mondial 2018.

Descentes d’avions des joueurs et du staff à l’aéroport international de Mvengué, le 9 octobre 2017 à Franceville. © Gabonreview

 

L’élimination des Panthères de la course aux éliminatoires du Mondial 2018 a clairement brisé l’adhésion populaire, née de leur sursaut d’orgueil face à la Côte d’Ivoire, le 5 septembre à Bouaké. Une réalité confirmée par la «discrète» arrivée des Panthères du Gabon à Franceville, le 9 octobre, dans le cadre de la dernière journée des éliminatoires du Mondial 2018, où elles défieront les Aigles du Mali le 11 octobre.

Pas d’attroupements de Gabonais à l’aéroport de Franceville. Contrairement aux ressortissants maliens venus encourager leur sélection nationale. © Gabonreview

En effet, José Antonio Camacho et ses troupes ont quitté l’aéroport international de Mvengué dans l’indifférence totale. Hormis quelques officiels présents sur les lieux, les populations étaient aux abonnés absents. Contrairement aux ressortissants maliens venus en nombre accueillir leur équipe nationale, pourtant dernière du groupe D.

Au-delà de cette réalité, beaucoup y ont vu de flagrantes carences organisationnelles. En effet, certaines sources ont soutenu que cette situation découlerait, entre autres, de la non association du président de la Ligue de football dans l’organisation de la rencontre Gabon-Mali. Pis, il n’aurait pris connaissance de l’arrivée des joueurs à Franceville qu’à la veille de leur départ de Libreville. Dans ce contexte, pas évident de s’organiser pour accueillir l’équipe comme il se doit.

C’est peut-être mieux ainsi. Car, dans l’hypothèse de leur présence à l’aéroport, les populations auraient pu se sentir lésées de ne pas voir certaines stars de la sélection. En effet, plusieurs joueurs vedettes n’ont pas honoré leur convocation : Pierre-Emerick Aubameyang (encore lui), Didier Ibrahim Ndong, Mario Lemina et Denis Bouanga.

Dans tous les cas, à 48 heures du match Gabon-Mali à Franceville, l’engouement populaire n’est clairement pas au rendez-vous. Peut-être la donne changera la veille du match, ou alors le jour même de la rencontre. On veut bien le croire.