Trois mois après l’interconnexion avec le Congo, le gouvernement gabonais travaille actuellement sur l’élaboration des contrats avec les opérateurs chargés de rentabiliser le projet Central African Backbone (Cab4).

Moment de la réunion de travail avec Guy-Bertrand Mapangou, le 3 juillet 2018. © D.R.

 

L’interconnexion à la fibre optique avec le Congo a été inaugurée en avril dernier à Bakoumba, dans la province du Haut-Ogooué. Trois mois après, la partie gabonaise envisage déjà de rentabiliser son infrastructure. Le ministre d’Etat en charge de l’Economie numérique Guy-Bertrand Mapangou a réuni ces derniers jours les différents acteurs du projet Cab4 au Gabon pour faire le point sur sa mise en service effective.

Au cours de la réunion de travail du 3 juillet, il s’est notamment agi de l’élaboration des contrats avec les opérateurs identifiés depuis plusieurs mois. Une mission confiée en janvier 2016 à Axione Gabon. La filiale de Bouygues Energies & Services déléguée est chargée d’assurer le contrat de Délégation de service public (DSP) numérique, signé avec la Société de patrimoine des infrastructures numériques (SPIN). Le ministre d’Etat a donc souhaité «faire le point» sur la rédaction des contrats entre les intervenants.

Si l’on assure à la direction générale du développement des réseaux numériques (DGDRN) que les futurs exploitants de la fibre numérique attendent impatiemment de signer leurs différents contrats, Guy-Bertrand Mapangou n’a pas manqué d’exprimer quelques attentes, à l’instar de la nécessité d’élaborer une contrat de maintenance pour permettre des réactions rapides à la survenue de problèmes sur toute l’étendue du câble national.