A l’issue du Festival du film de Masuku, organisé du 8 au 13 décembre dernier à Franceville et Libreville, cette production de Julien Le Net et de Benjamin Poile, remporte la première place

Un extrait du film «Et maintenant nos terres» de Julien Le Net et Benjamin Poile. © D.R

 

Après l’étape de Franceville où s’est déroulée la première partie de Festival du film de Masuku, le point final de l’événement a été la capitale gabonaise, le 13 décembre dernier. A cette occasion, les réalisateurs de «Et maintenant nos terres», Julien Le Net et Benjamin Poile ont été primés pour la qualité de leur œuvre.

Un «documentaire sur la résistance à l’accaparement des terres en Afrique». Ce film suit en effet la trajectoire de trois héros de la résistance paysanne : Nasako Besingi au Cameroun, Bayal Sow au Sénégal et Emmanuel Elong (Cameroun). Ce dernier coordonne les organisations paysannes de quatre pays d’Afrique de l’Ouest pour lutter contre l’emprise de la holding Socfin, liée au groupe français Bolloré.

Leur point commun est donc la défense des terres des populations rurales contre l’envahissement abrupte des plantations mécanisées des grandes multinationales.

Entièrement gratuit, ouvert à tous, pensé pour tous les publics, le festival de Masuku poursuit sa trajectoire à vocation éducative mais aussi divertissante. Il a ainsi accueilli tous les genres et tous les formats de films tout en consacrant une place «de cœur» aux images du continent. C’est la raison pour laquelle l’affiche de la quatrième édition a été révélatrice des ambitions de l’évènement.

Pour la promotrice de l’évènement et présidente de l’association Festival de Masuku Nature et Environnement, le festival se veut un événement de portée internationale.

«L’idée de fond est de mettre en compétition des films qui valorisent la nature et l’environnement et qui permettent des rencontres entre les professionnels du cinéma, et le grand public avec un point d’ancrage sur la sensibilisation du public, sur les enjeux de protection de la nature et de l’environnement», a expliqué Nadine Otsobogo.

Une douzaine de films ont été projetés pendant cette quatrième édition du Festival de Masuku qui, selon les cinéphiles, a été «un succès».