Mise au courant de la caution d’un million de francs CFA réclamée à chaque candidat, en lice pour la présidence de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), la Fédération internationale de football association (Fifa) a demandé à la Commission électorale de restituer les sommes encaissées.

Les membres de la Commission électorale. © Gabonreview

 

Dans le prolongement des manquements relevés dans le renouvellement du Comité exécutif de la Fédération gabonaise de football (Fegafoot), la Fédération internationale de football association (Fifa) tacle cette fois-ci la commission électorale. Dans un courrier daté du 1er avril, l’instance internationale du football a demandé à la commission de restituer la caution exigée aux candidats.

«Cette caution électorale nous semble discriminatoire et disproportionnée. Nous vous encourageons à restituer cette caution électorale à tous les candidats», a demandé la Fifa. Dans le cadre du dépôt de leur dossier, en effet, la caution de un million de francs CFA a été exigée à chaque candidat. Alors que le dépôt de cette caution ne figure ni dans les statuts de la Fegafoot, encore moins dans le code électoral.

«Nous estimons que cette décision outrepasse les prérogatives de la Commission électorale comme définies dans les statuts et le code électoral de la Fegafoot», a souligné la Fifa. Après avoir reçu toutes les listes des candidats, la Commission électorale a retenu cinq candidats au final, dont elle a encaissé les cautions. Soit cinq millions de francs CFA.

Bien avant le courrier de la Fifa, les candidats eux-mêmes avaient déploré cette caution. Car, en plus d’être illégale, elle a été fixée sans avoir consulté les candidats. Reste à savoir si les sommes encaissées seront effectivement restituées comme l’a demandé la Fifa. D’autant que, selon une source proche du dossier, la Commission électorale aurait dit aux candidats de s’en référer à la Commission des recours, seule habilitée à trancher sur la question. Prévue le 21 avril, l’élection du président de la Fegafoot n’a visiblement pas fini de livrer tous ses rebondissements.