Alfred Bongo Ondimba a été élu président de la Fédération gabonaise de boxe, lors d’une assemblée générale élective tenue le 25 mars à Libreville. Une élection marquée par le retrait de ses deux concurrents : Achille Nziengui et Dickson Andinga. Selon eux, la candidature du nouveau président aurait violé les articles 34 et 35 des statuts de l’Association internationale de boxe amateur (Aiba).

Le nouveau président de la Fegaboxe, Alfred Bongo Ondimba, le 25 mars 2017 à Libreville. © Gabonreview

 

Alfred Bongo Ondimba, est le nouveau président de la Fédération gabonaise de Boxe. Il a été élu lors de l’assemblée générale élective tenue le 25 mars à Libreville.

Sur les 9 délégations provinciales chargées d’élire le président de la Fegaboxe, 8 étaient représentées en dehors de la province de l’Ogooué-Ivindo. Sous la supervision du président sortant, Clément Sossa Simawango, du Comité Olympique et du rapporteur général de la Confédération africaine de Boxe (Cab), Alfred Bongo Ondimba a remporté le scrutin avec un score de 100%.

© Gabonreview

Un sacre qui a ravi le nouveau président. «Je suis heureux et je remercie tous ceux qui m’ont élu. J’attends travailler avec tous. Avec moi il n’y’aura pas de chasse aux sorcières, j’ai besoin de tous », a déclaré Alfred Bongo Ondimba.

Agé de 47 ans, Alfred Bongo Ondimba est notaire de profession. Il entend mettre le boxeur au centre de son mandat. «Les boxeurs doivent être encadrés pour qu’il puissent mieux s’exprimer. Mon équipe et moi comptons suivre ces athlètes avant, pendant et après leur vie sportive, parce que je sais que monter sur un ring c’est difficile. Nous voulons également procéder au recrutement de nouveaux boxeurs à travers l’école nationale de boxe, afin de recréer une nouvelle génération des boxeurs gabonais», a-t-il  a déclaré.

Toutefois, l’élection d’Alfred Bongo Ondimba a été marquée par un incident. Deux de ses concurrents, Achille Nziengui et Dickson Andinga, n’ont pas participé au scrutin. Les deux candidats ont décidé de commun accord de se retirer de la course.

Ils récusent la candidature d’Alfred Bongo Ondimba qui, selon eux, viole les dispositions des articles 34 et 35 des nouveaux statuts de l’Aiba adoptés en 2016.

Selon Achille Nziengui, ces deux articles disposent que «pour être candidat à la présidence de la Fegaboxe, il faut avoir exercé pendant au moins quatre ans dans le bureau sortant». Or, a-t-il souligné, «nous assistons-là à une forfaiture et une mascarade. Nous avons un novice qui ne sort  je ne sais où, n‘ayant jamais exercé dans le bureau sortant de la Fegaboxe. Respectueux de ces textes je retire ma candidature», a-t-il déclaré.

© Gabonreview

Pour sa part, Dickson  Andinga a estimé cette l’élection est «une  mascarade. Je ne peux pas participer à cette mascarade. Je me retire», a-t-il lancé.

Malgré ce retrait, le vote a tout de même eu lieu. Lésés, Achille Nziengui et Dickson Andinga ont promis de saisir les instances internationales de la boxe, en vue de faire annuler l’élection d’Alfred Bongo Ondimba.

«Nous ne  pouvons pas l’accepter. Nous allons saisir la zone 4 de la Cab, la Cab et l’Aiba. Parce que l’application des textes des instances internationales ne tient pas compte d’un nom de famille», a déclaré Achille Nziengui. Mais bien avant cette saisine, Achille Nziengui promet de tenir une conférence de presse dans trois jours au cours de laquelle il entend «tout déballer», a-t-il affirmé.

Le nouveau président succède à Clément Sossa Simawango, ayant décidé de se retirer après 12 années passées à la tête de la Fegaboxe.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga