L’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO) a lancé, le 10 octobre à Rome, un programme d’aide à la lutte contre la chasse non durable des animaux sauvages, destiné aux pays des régions Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP).

Image illustrative de la faune. © D.R.

 

Lancé le 10 octobre à Rome, le programme d’aide à la lutte contre la chasse non durable des animaux sauvages réunit plusieurs pays des régions Afrique, Caraïbes et Pacifique (ACP), dont le Gabon. Une initiative de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO).

Censé s’étaler sur sept ans, le programme est financé par la Commission européenne à hauteur de 45 millions d’euros. Soit plus de 29 milliards de francs CFA. Selon les organisateurs, le programme contribue à la protection de la faune et à son utilisation durable dans les forêts, savanes et zones humides. Le tout en règlementant la chasse des animaux sauvages, en renforçant la gestion des capacités des communautés autochtones et rurales et en améliorant l’offre de denrées à base de viande produites de manière durable et de poissons d’élevage.

Le programme s’appuiera sur l’expertise du Centre pour la recherche forestière internationale (Cifor), du Centre français de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad) et de la Société pour la conservation de la vie sauvage (CWS).

En plus du Gabon d’autres pays africains prennent part à ce programme : le Tchad, la République démocratique du Congo, Madagascar, le Mali, la République du Congo, le Sénégal, le Soudan, la Zambie et le Zimbabwe.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga