Du 4 au 24 novembre courant, les visiteurs du Palais de Chaillot, à Paris, ont pu apprécier les œuvres de la jeune artiste franco-gabonaise, à travers une série intitulée «futures monuments».

Quelques photographies de la collection « futures monuments». © www.saatchiart.com

Quelques photographies de la collection « futures monuments». © www.saatchiart.com

 

Sélectionnée pour représenter le Gabon à l’exposition «d’arts contemporains africains», Nathalie Anguezomo Mba Bikoro présentera sa vision, ses espoirs, ses rêves et ses craintes pour le continent, autour d’un thème unique à forte résonance pour un continent confronté aux problèmes d’accès à l’électricité : «Lumières d’Afrique».

Nathalie Anguezomo Mba Bikoro, lors d’une performance en avril 2013. © nbikoro.com

Nathalie Anguezomo Mba Bikoro, lors d’une performance en avril 2013. © nbikoro.com

«Lumières d’Afrique» est un projet de l’organisation African artist for development (AAD) qui renferme, selon ses initiateurs, un concentré de passion pour l’art contemporain africain et la conviction que le développement est l’affaire de tous et doit se faire dans le respect de tous. «AAD est persuadé que l’incandescence des artistes africains donne du sens et illumine le développement du continent. Car l’accès à l’énergie, et donc à la lumière, fait partie désormais des droits auxquels chaque être humain doit avoir accès», a affirmé la co-présidente de la fondation, Gervanne Léridon.

Dans sa collection «Futures monuments», constituée de photographies, couleur et numérique réalisées sur aluminium, et d’autres objets, l’artiste pluridisciplinaire présente des portraits de jeunes personnes d’ascendance africaine dont les grands-parents, juifs et chrétiens, étaient soit prisonniers dans les camps de concentration sous le troisième Reich pendant la Seconde Guerre mondiale, soit victimes du génocide namibien à la fin du XIXème siècle. Ces personnages se tiennent debout comme un héritage de l’histoire oubliée. Chaque personnage porte une étoile juive en tissu africain cousu sur le bras comme un monument du passé, du présent et du futur qui entend célébrer et nourrir le souvenir. «Ceci est un monument à la vie humaine».

Après leur présentation au grand public en ce mois de novembre au théâtre national de Chaillot, les œuvres seront présentées en décembre prochain pendant la Cop 21 à la gare du nord à Paris, puis en Côte d’Ivoire au premier trimestre 2016, avec le soutien de la Banque africaine de développement. L’exposition poursuivra ensuite sa route sur le continent africain, en Europe et aux États-Unis.

Les pratiques interdisciplinaires de Nathalie Anguezomo Mba Bikoro englobent performance et body art, art sonore, film, littérature et archives muséales, installation et techniques mixtes. Son travail est une synthèse d’engagements collaboratifs traitant du dialogue au sein de la communauté internationale, du corps politique et du développement en s’appuyant sur le thème de la décolonisation de l’histoire.