En vue de trouver des solutions au phénomène d’embouteillage sur les principaux axes routiers de l’Estuaire, particulièrement celui de Libreville-Akanda, le ministère de la Réforme a lancé une réflexion avec les maires de la province.

Un embouteillage sur l’axe Libreville-Akanda, en janvier 2017. © D.R.

 

Sur la question des bouchons sur le réseau routier de la province de l’Estuaire, l’axe Akanda-Libreville apparaît parmi les priorités, dont il faut au plus vite trouver une solution. Cette question a été l’objet de la réunion initiée, le jeudi 23 février, par le ministre de la Réforme de l’Etat, Joël Pono Opape, à laquelle a pris part la ministre des Transports et de la Logistique, Flavienne Mfoumou Ondo. Avec les représentants des mairies de Libreville, d’Akanda et d’Owendo, les membres du gouvernement ont émis quelques pistes de solutions pour réduire le phénomène d’embouteillage sur cet axe routier, l’un des plus fréquentés en matinée et en début d’après-midi. Selon Chantal Christiane Sino, maire du 2e arrondissement de la commune d’Akanda, il s’est notamment agi de trouver des solutions permettant d’améliorer les conditions de circulation des populations, particulièrement les habitants de sa commune, tout en évitant à l’administration publique de subir davantage les conséquences de ces embouteillages aux heures de pointe.

Scène de la réunion du 23 février 2017 au ministère de la Réforme de l’Etat, à Librevielle. © Gabonreview

Parmi les pistes de solution envisagées au cours de la réunion : «réduire le rond-point du carrefour de Jade, fermer (dans le sens de l’arrivée) au niveau du contournement du rond-point de l’aéroport et au niveau du carrefour Gigi», a rapporté Flavienne Mfoumou Ondo, indiquant qu’il s’agit d’une expérimentation. Ces pistes de solution, a informé Nicaise Sickout-Iguendja, 5e maire adjoint de Libreville, devraient être testées le 28 février, ainsi que les 1er et 2 mars prochains. Cette expérimentation, a-t-il ajouté, se fera conformément à la planification qui a été faite lors de la Coupe d’Afrique des nations à Libreville. «Ces trois jours test vont nous permettre de voir si la réflexion menée peut nous amener à juguler ce phénomène d’embouteillage dans le sens Akanda-Libreville, et quelques jours après nous expérimenteront le sens Libreville-Akanda», a expliqué Nicaise Sickout-Iguendja.