Le Gabon s’est incliné 3-1 face au Burkina-Faso, le 14 juillet à Ouagadougou, en match aller du dernier tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations des moins de 20 ans (Can U20).

Les Burkinabès célébrant un but. © netafrique.net

 

Données favoris, les Panthères ont été dominées 3-1 par les Etalons, le 14 juillet à Ouagadougou, en match aller de l’ultime tour des éliminatoires de la Coupe d’Afrique des nations des moins de 20 ans (Can U20). Botué Kouamé (3e) et Abdoul Fessal Tapsoba, auteur d’un doublé (9e, 33e), ont marqué pour les locaux. Les visiteurs ont entretenu l’espoir dans la perspective du match retour, par Eric Jospin Bekale Biyoghe (32e).

Un espoir qui aurait pu être conséquent si les poulains d’Anicet Yala n’avaient pas raté un penalty en toute fin de match. Analysant la rencontre, le technicien gabonais a regretté la qualité de la première mi-temps. «La Burkina Faso a su mettre en place son jeu et faire mal quand il le fallait, jouant beaucoup sur les flancs. Nous avons mis le pied sur le ballon en seconde période et nous avons beaucoup appris. Les deux premiers buts ont été un coup de bambou pour les jeunes et expliquent en partie le raté de la première mi-temps», a expliqué Anicet Yala, relayé par L’Union.

Dans le camp d’en face, l’on se satisfait de la victoire, loin d’avoir été facile en dépit du score. «Malgré la victoire, ce match a été difficile pour nous», a affirmé le sélectionneur du Burkina Faso. «Notre système tactique en 4-4-2 nous a permis de gommer certains points négatifs (…) Nous ne sommes pas à l’abri d’un revers à Libreville. Les Panthères sont intraitables sur le sol et ont défait une Côte d’Ivoire qui nous avait fait mal, il y a quelques semaines», a souligné Séraphin Dargani.

Il revient aux Gabonais de relever la tête pour le match retour prévu le 21 juillet à Libreville. «Les Burkinabès étaient réalistes sur leurs principales occasions», a indiqué le capitaine des Panthères. «A nous de faire la même chose chez nous», a souhaité Clech Loufilou Ndela.