Les 63 enseignants exerçant dans le département de Bendjè, dans la province de l’Ogooué-Maritime, ont réfléchi du 29 juin au 1er juillet dernier sur le thème «Pour quelle école en milieu rural ?»

Les travaux en groupes thématiques. © Gabonreview

 

A l’initiative du président du département de Bendjè, Lucie Daker Akendengué, 63 enseignants exerçant dans ce département ont tenté d’imaginer l’école en milieu rural, à travers plusieurs sous-thèmes (l’apprenant, l’enseignant, les infrastructures, le rôle des parents d’élèves).

Les réflexions conduites pendant les trois jours de séminaire, ont permis de relever plusieurs difficultés qui entreverraient le bon fonctionnement de l’école dans le département de Bendjè. Il s’agit entre autres, de l’absence de structures pré-primaires, classes multigrades, internats aux effectifs insuffisants, enseignants recrutés à des niveaux très bas, manque de supports didactiques, absence d’électricité et d’eau potable, absence de lieux d’aisance, difficultés de transport, insuffisance de logements, structures sanitaires inopérantes, parents d’élèves démissionnaires et, pour couronner le tout, interventionnisme des politiques.

Toutefois, les participants ont admis que des efforts non négligeables ont été consentis dans le département, où on compte 15 écoles primaires, 8 internats, 23 dispensaires, 63 enseignants et plus de soixante millions de francs annuellement investis depuis 2014, pour continuer à améliorer le système.

Au terme du séminaire, plusieurs recommandations ont été faites pour garantir l’avenir de l’école en milieu rurale. Notamment, l’amélioration des conditions de vie et de travail par la poursuite de la réhabilitation des infrastructures existantes et la construction de nouvelles, équipement des villages en panneaux solaires et en pompes hydrauliques, construction de lieux d’aisance, amélioration des conditions de recrutement des enseignants, instaurations de primes de transport, renforcement des capacités, sensibilisations des parents d’élèves et des politiques pour mieux protéger l’école des influences néfastes.

Saluant l’engagement de Lucie Daker Akendengué et son équipe en faveur du secteur éducatif, le directeur d’académie provincial de l’Ogooué-Maritime, Henri-Georges Boundzanga Boundzanga, a invité les enseignants à travailler en équipe, dans le respect de leur hiérarchie directe que constituent les directeurs d’école. «La pédagogique ne s’accommode que très mal du politique. Vous devez protéger l’école et amener le politique plutôt à protéger l’école », a-t-il indiqué.

Pour sa part, la présidente du département de Bendjè, a assuré faire bon usage de ces recommandations, afin de rendre encore plus performante sa circonscription éducative qui est régulièrement en tête des statistiques de réussite dans la province.