Le documentaire de la jeune réalisatrice gabonaise Samantha Biffot a reçu le prix du meilleur documentaire féminin au Festival international du film de Zanzibar.

Détails de l’affiche de «L’Africain qui voulait voler». © D.R.

 

Et de deux ! Après avoir reçu le prix du meilleur documentaire au terme de la 9e édition du Festicab en mai 2017 à Bujumbura au Burundi, la jeune réalisatrice gabonaise a une nouvelle fois été primée. Cette fois, son documentaire «L’Africain qui voulait voler» est sorti victorieux dans une sélection de 30 documentaires au 20e Zanzibar international film festival (ZIFF).

Le documentaire de Samantha Biffot, primé dans la catégorie Meilleur documentaire féminin, était en compétition avec trente films. Des œuvres venues de divers pays à l’instar des Etats-Unis, de l’Afrique du Sud, de la France et du Rwanda.

«L’Africain qui voulait voler», raconte le rêve, l’obsession et la détermination du Gabonais Luc Benza, un jeune garçon, qui devient plus tard le premier africain à intégrer le temple Shaolin et à acquérir des techniques traditionnelles de Kung-fu que seuls peu d’élus connaissent. Le film part de loin. Son scénario est retenu comme le meilleur lors de la 7e édition des Escales documentaires de Libreville en 2012. Perfectionniste, bien que faisant face à des difficultés financières, la réalisatrice met trois ans entre l’écriture, la recherche de financements et le tournage. Le film aura finalement coûté 86 000 euros environs, soit plus de 57,3 millions de francs CFA. Des fonds mobilisés grâce à l’Institut gabonais de l’image et du son (Igis), l’Organisation internationale de la Francophonie et au partenariat avec deux structures privées belge et française.

Le documentaire de Samantha Biffot a été sélectionné pour la 21e édition du Festival Ecrans noirs de Yaoundé au Cameroun, dont la clôture est prévue pour le 23 juillet prochain.