Photo fournie par la famille de Cécilia Prima, disparue depuis le 11 janvier 2012, à Nantes. DR

 

Qu’est-il arrivé à Cécilia Prima? Cette étudiante de 24 ans n’a plus donné signe de vie depuis mercredi matin. La jeune Française d’origine gabonaise devait se rendre à l’aéroport Nantes-Atlantique, pour prendre un avion pour Marseille avec le responsable du bureau d’études en ingéniérie chez qui elle travaille en alternance.

Depuis, son sac à mains a été retrouvé sur le rebord du pont de Cheviré, l’un des deux ponts du périphérique nantais qui enjambent la Loire, avec argent et papiers. Un témoin l’aurait également vu «sauter» dans le fleuve, indiquait ce dimanche un commissaire de police, qui privilégie pour le moment l’hypothèse d’un suicide.

«Tout cela ne lui ressemble pas»

«Ma fille n’a jamais été suicidaire, elle est pleine de vie et a la tête sur les épaules», rétorque Louisyane, la mère de Cécilia, qui vit avec sa fille. «Elle n’a pas non plus de problèmes financiers ou amoureux… Tout cela ne lui ressemble pas.» Le sac à mains de Cécilia, qui lui a été rendu, était également «sale et méconnaissable». «On sent qu’elle s’est débattue», en déduit Louisyane Prima.

L’enquête, confiée à la Sûreté départementale, devra lever les zones d’ombre de l’emploi du temps de Cécilia. D’après sa mère, son employeur devait venir la chercher chez elle. Mais, selon ce dernier, le rendez-vous avait été fixé à l’aéroport. «Cécilia est quelqu’un d’assez énergique, sa disparition soudaine nous a complètement choqués», confiait ce dernier, ce dimanche.