L’accident de la circulation intervenu le dimanche 4 mars au pont de la Nomba continue de livrer son lot de décès, avec cette fois-ci, le repêchage de deux autres corps qui avaient disparu sous les eaux de la Lowé.

Dans la matinée du 5 février, les secours composés des sapeurs-pompiers, des agents de la brigade côtière, du Génie militaire, des gendarmes qui continuaient de ratisser la zone du drame, à la recherche des disparus, ont vu leurs efforts couronnés par le repêchage de deux corps. Le premier est celui du jeune conducteur de la Wolksvagen, Junior Ngoulou, tandis que le deuxième serait celui d’une jeune fille encore non identifiée.

Les secours ont en effet investi, depuis le premier signal, les lieux de cet accident de circulation, situé dans la zone limitrophe entre Libreville et la commune d’Owendo, à la recherche des corps de deux autres occupants du véhicule accidenté.

Pour rappel, le drame ayant causé la disparition de ces individus est l’accident d’une Wolsvagen Touareg à bord duquel se trouvaient quatre filles et le chauffeur. En provenance de Libreville, l’automobile a fini sa course par un plongeon dans les eaux, au niveau du Pont Nomba.

Sur le Coup, un taximan qui a suivi l’action a réussi à extirper et à sauver deux occupantes, avant que la voiture ne disparaisse dans la marée très haute, à cette heure de la matinée. L’une d’elle a perdu la vie sur place, tandis que deux autres occupants étaient encore portés disparus. Le bilan est désormais de trois morts.

L’excès de vitesse, encore une fois, est fustigé par tous les témoins. A ce qui semble, les occupants de la voiture, tous des jeunes, l’auraient emprunté à l’insu de son propriétaire, avant de se lancer dans un virée nocturne. Une villégiature certainement agrémentée par de l’alcool, désormais désigné comme principal élément à condamner dans ce drame. On pense que le conducteur, certainement ivre, était également fatigué et n’arrivait plus à maîtriser son engin, à l’heure du retour.

Quoi qu’il en soit, au regard de l’attention qu’a focalisé cet accident, il est indéniable qu’une enquête va permettre d’élucider le contexte réel de ce drame qui a endeuillé bien des familles. Il devrait aussi donner l’occasion aux responsables des ministères du Transport et de l’Intérieur de trouver et même de renforcer la vigilance sur les routes gabonaises de plus en plus meurtrières. On n’oublie pas qu’il y a seulement une semaine et demie, un autre violent accident a causé la mort de nombreuses personnes au niveau du carrefour Awendjé.