Si le gouvernement est actuellement en discussion avec les patrons gabonais sur la question du règlement de la dette intérieure, le même gouvernement n’envisagerait pas de régler les créances de 2017 vis-à-vis des fournisseurs de l’Etat.

© D.R.

Le règlement de la dette intérieure ne concernerait pas tous les partenaires de l’Etat lui ayant pourtant rendu quelques services ces derniers mois. C’est notamment le cas pour les fournisseurs de l’Etat. Ils ne seront pas payés pour leurs services rendus tout au long de l’année 2017, informe ce lundi 16 avril dans L’Union le collectif desdits fournisseurs.

Joint par Gabonreview, le président du collectif qui a semblé craindre des représailles à la suite de son communiqué a confirmé le fait que les créances des fournisseurs avaient été «annulées au Trésor public». Cette annulation aurait été faite récemment «sans notification» aux concernés. Il avoue par ailleurs ignorer le nombre exact d’entreprises impactées par cette décision.

S’il a tenu à prendre à témoin l’opinion nationale et internationale devant ce qu’il présente comme une «situation déplorable», à travers son communiqué, le collectif des fournisseurs de l’Etat dit vouloir tenir informer les entreprises ayant effectué des travaux pour le compte de l’Etat l’an dernier. Le communiqué publié au quotidien L’Union est pour son auteur une façon d’inviter ces entreprises à se manifester, en vue d’une action concertée pour réclamer leurs droits.

Au sein du collectif des fournisseurs, l’on craint que la décision de l’Etat gabonais d’annuler les créances de 2017 ait un impact négatif dans les rapports avec les partenaires et avec les employés.

Du côté du gouvernement, le sujet ne semble préoccuper personne. Joint, le ministère du Budget et des Finances publiques a feint de n’apprendre l’information de cette annulation que ce lundi sans pouvoir l’expliquer. Le règlement de la dette intérieure annoncé en grandes pompes en février dernier ne devrait être possible que dans plusieurs mois au mieux.