L’Etat va solder 2/3 de la dette intérieure globale. Soit 310 milliards de francs CFA qui seront versés à 177 entreprises sous 10 jours, à compter du 9 janvier.

L’Etat gabonais vient d’annoncer la signature d’une convention de règlement définitif de sa dette intérieure. © D.R.

 

La procédure d’apurement de la dette de l’Etat aux entreprises a enregistré un saut qualitatif. A l’issue d’une réunion qu’il a présidée, le 9 février à Libreville, Ali Bongo a annoncé le décaissement de 310 milliards de francs CFA dans le cadre de la dette intérieure. Largement relayée sur les réseaux sociaux, l’information a été donnée par le directeur de cabinet du président de la République.

«Le chef de l’Etat a annoncé ce matin, au sortir d’une réunion à laquelle ont pris part le Premier ministre et l’ensemble des ministres concernés, le paiement de 310 milliards de francs CFA dus dans le cadre de la dette intérieure», a rapporté Brice Laccruche Alihanga, dans une vidéo diffusée sur le compte Facebook de la présidence de la République.

Représentant 2/3 de la dette intérieure globale, cette enveloppe permettra de solder les comptes de 177 entreprises. «Il s’agit pour l’ensemble des PME d’être réglées de l’ensemble des arriérés dus par l’Etat gabonais», a indiqué Brice Laccruche Alihanga. Et ce dernier de préciser : «Quand je dis l’ensemble des PME, c’est toutes les entreprises qui auront des créances inférieures à 2 milliards de francs CFA dus seront intégralement payées d’ici les 10 prochains jours».

Par ailleurs, Brice Laccruche Alihanga a estimé que «cette volonté du chef de l’Etat vise essentiellement à relancer notre économie, optimiser la création d’emplois et rassurer nos investisseurs locaux et internationaux sur la capacité du Gabon à savoir se régénérer et se relancer en 2018».

Une véritable bouffée d’oxygène pour les entreprises qui passeront à la caisse. Ces trois dernières années, en effet, les entreprises n’ont cessé de mettre la pression sur le gouvernement pour l’apurement de la dette intérieure, arrêtée à 100 milliards de francs CFA au 31 décembre 2014. Reste à savoir si l’Etat tiendra effectivement ses engagements dans 10 jours. Rendez-vous dans 10 jours, tic-tac.