A l’origine du refus opposé aux assurés dans certaines pharmacies et les structures sanitaires publiques ces derniers jours, le montant exact de la dette de la Caisse nationale d’assurance maladie et de garantie sociale (Cnamgs) reste difficile à déterminer.

La dette de la Cnamgs vis-à-vis des hôpitaux publics reste à déterminer. © Gabonreview

 

Quel est le montant exact de la dette de la Cnamgs vis-à-vis des pharmacies agréées et des structures sanitaires publiques à travers le pays ? Bien malin qui saura le dire. Le gouvernement avoue avoir lui-même du mal à le déterminer, au point qu’une réunion d’urgence s’est tenue mardi entre le ministre d’Etat à la Santé Denise Mekam’ne et le ministre de la Protection sociale Guy-Maixant Mamiaka.

Alors que depuis plusieurs jours, plus aucune feuille de soin ni un bon d’examen n’est délivré aux assurées, cette réunion qui devrait s’étendre au ministre du Budget, au directeur général de la Caisse, aux responsables des structures hospitalières et aux partenaires sociaux, visait à «fixer la réalité de la dette de la Cnamgs vis-à-vis des hôpitaux et d’aborder les modalités devant permettre d’apurer cette dette», a expliqué Guy-Maixant Mamiaka. Au gouvernement, on n’hésite pas à accuser une nouvelle fois les «difficultés financières importantes» que traverse le pays.

Il n’empêche, le ministère de la Santé et celui de la Protection sociale assurent que des dispositions ont été prises, notamment au profit des «cas sociaux» ainsi que pour assurer la prise en charge des urgences vitales. Les organisations syndicales du secteur sont quant à elles invitées à transmettre au gouvernement les chiffres exacts de la dette (médicaments, fournisseurs, quotepart).