Un nuage d’abeilles a semé la panique au quartier  Sindara de Port-Gentil, le dimanche 25 mars dernier aux environs de midi : des nuées d’abeilles dont les  témoins  ignorent l’origine, ont attaqué les habitants et les passants.

Abeille Gabon Port-Gentil

«J’étais de passage au quartier Sindara, au niveau du petit pont, lorsqu’un nuage  d’abeilles nous  a surpris. C’était la  débandade ! Ceux qui étaient dans les bars, à bord de véhicules et les piétons, ont tous été attaqués. On n’a jamais vécu une scène pareille. Personne ne sait où elles venaient. Partout ici, il y a des habitations, pas de végétation en dehors des manguiers. Les abeilles volaient à basse altitude», témoigne Célestine Wora.

Pour certains habitants du quartier, une partie de la colonie d’abeilles  de passage s’est introduite dans les habitations en bordure de route. «Heureusement pour nous, avec les quelques insectes qui se sont introduits dans la maison, seules deux  personnes ont été piquées par  quatre ou cinq abeilles que nous avons tuées. Toute la maison était debout à cause de leur arrivée surprise», raconte Paulin Mouélé. Les voisins alertés  par les cris, se sont vite enfermés pour éviter  l’intrusion des insectes énervés.

«Nous avons été alertés par  les cris des enfants des voisins. Heureusement que nous sommes derrière d’autres maisons. Nous  avons  fermé portes et fenêtres. C’est une demi-heure  plus tard que les bêtes ont quittées notre zone en se dirigeant vers d’autres quartiers. J’ai eu une peur bleue pour mes quatre enfants», explique Marina Pemba.

Dans la zone de Saint-Paul, toujours à Port-Gentil, les insectes, décidément très irrespectueux, ont attaqués les chrétiens qui sortaient de la messe. «Ce sont les jeunes  qui ont été surpris par les abeilles. On était obligé de faire demi-tour dans la paroisse. Une dame et un monsieur se sont fait piquer sérieusement, ils ont été conduits à l’hôpital. C’est la première fois qu’on vit une telle invasion d’abeilles», précise Yvonne Sobga.

De nombreuses personnes assurent avoir combattu ces abeilles avec des aérosols insecticides. Nombreuses aussi pensent que l’essaim devait être en migration, vu que les bestioles ont pratiquement traversé Port-Gentil du Sud vers le Nord avant de disparaitre dans la nature. Au final, on déplore plus de peurs que de mal, fort heureusement, parmi la population port-gentillaise.