Un collectif d’artistes du Woleu Ntem et des ressortissants des villages concernés par le projet Olam viennent se joindre aux ONG de protection de l’environnement et au député Hizi Abiaghé Bertrand, dans la lutte contre le projet d’hévéaculture du groupe Singapourien dans leur province septentrionale.

Clip contre Olam

S’exprimant en langue fang, des artistes de la province du Woleu-Ntem ont décidé, à travers un petit clip d’animatique posté sur le site youtube.com,  de s’opposer ouvertement au projet, qu’ils qualifient de suicidaire et génocidaire, d’hévéaculture dans la province nord du Gabon, promettant de s’opposer avec la dernière énergie.

À travers ce clip lancée contre ce projet, dont la valeur du partenariat signé entre le gouvernement gabonais et le groupe Olam s’élève à 91,5 milliards de francs CFA pour le développement d’une plantation de caoutchouc et d’une usine de transformation, ces artistes dénoncent l’attribution de 50 000 hectares de forêts à la société Olam, le sort des centaines d’espèces, les conditions pénibles dans lesquelles travaillent les planteurs d’hévéa, ils disent non à la déforestation, à l’exploitation abusive de leurs terres et oui à la sauvegarde de la forêt gabonaise pour les générations futures.

La visite du Premier ministre Raymond Ndong Sima dans la province, en août dernier, destinée à convaincre les populations sur les tenants et les aboutissants de ce projet défendu par le président Ali Bongo, qui affirme qu’«il permettra d’appuyer le développement économique de la province tout en contribuant à l’amélioration de la situation socio-économique des planteurs», semble n’avoir pas été bien perçue par ces derniers qui ont choisi le canal de la musique pour s’adresser à leurs compatriotes sur ce qui est devenu un sujet de discorde majeur.

Reste à savoir s’ils disposeront aussi de la télévision d’État pour véhiculer leur message qui s’oppose frontalement aux choix présidentiels.