Une affiche pour le moins insolite diffusée ce mardi sur les réseaux sociaux révèle que le candidat du Parti pour le développement et la solidarité (PDS) aux législatives et aux locales dans le 2e arrondissement de Port-Gentil envisage d’«éradiquer la pauvreté au Gabon» à travers les solutions de paiement mobile.

Joël Pono Opape, candidat aux législatives et locales dans le 2e arrondissement de Port-Gentil. © D.R.

 

Depuis Port-Gentil où il est candidat aux élections législatives et locales dans le 2e arrondissement, Joël Pono Opape a l’ambition d’en finir avec les conditions difficiles dans lesquelles vivent plusieurs milliers de Gabonais à travers le pays. Lui et son suppléant Eric Guy Ndoumbou, appellent les électeurs à leur accorder leurs suffrages «pour éradiquer la pauvreté au Gabon». Rien moins que ça.

Plutôt inhabituelle voire farfelue, la stratégie de l’ancien ministre de la Réforme de l’Etat repose sur les solutions de paiement mobile. Il semble promettre de faire voter à l’Assemblée nationale une loi permettant de virer mensuellement sur le compte Airtel Money ou Mobicash de chaque gabonais la somme de 15 000 francs CFA.

«De la naissance jusqu’à la mort, chaque gabonais aura dans son compte Airtel Money ou Mobicash un virement de 15 000 FCFA chaque mois», annonce, en effet, le candidat sur une de ses affiches de campagne.

Si Joël Pono Opape a pensé à cette stratégie pour le moins loufoque pour «éradiquer la pauvreté au Gabon», c’est parce que, rappelle-t-il, «la Banque mondiale considère pauvre quelqu’un qui ne gagne pas 500 FCFA par jour donc 15 000 FCFA/mois». Or, indique-t-il, «nous sommes 1 400 000 Gabonais sur une population de 1 8000 000 habitants. En multipliant le nombre de Gabonais par 15 000 FCFA et par 12 mois, cela fait environ 250 milliards de francs CFA par an».