Selon un rapport de la Banque mondiale intitulé «What a Waste 2.0», l’Afrique subsaharienne a généré 174 millions de tonnes de déchets en 2016. Dans cette région où la croissance est la plus rapide, les déchets devraient presque tripler d’ici 2050.

L’Afrique subsaharienne a généré 174 millions de tonnes de déchets en 2016. © D.R.

 

Le monde a produit 2,01 milliards de tonnes de déchets urbains solides en 2016, dont 242 millions de tonnes de déchets plastiques et au moins 33 % de la production annuelle ne sont pas traités correctement, c’est-à-dire dans le respect de l’environnement, souligne un rapport de la Banque mondiale intitulé «What a Waste 2.0», publié le 24 septembre 2018.

Dans cet océan de plastique et de rejets en tout genre, la contribution de la région de l’Afrique subsaharienne, n’est pas en reste avec une production de 174 millions de tonnes de déchets en 2016, soit un taux de 0,46 kilogramme par habitant et par jour.

«Les déchets en Afrique sub-saharienne sont essentiellement organiques, avec 40% d’entre eux en nourriture et déchets verts. 69% des déchets sont déversés à ciel ouvert et souvent brûlés. Quelque 24% des déchets sont éliminés sous une forme quelconque et environ 7% des déchets sont recyclés ou récupérés», relève le rapport, s’inquiétant de l’explosion démographique dans cette partie du monde. «C’est la région dont la croissance est la plus rapide, les déchets devraient presque tripler d’ici 2050».

Dans son rapport, la Banque mondiale analyse les difficultés que peuvent rencontrer les Etats (ou les villes) pour gérer les ordures et tente de fournir des pistes pour gérer cette situation, qu’elles soient fiscales, institutionnelles ou politiques. «Le taux global de collecte des déchets est d’environ 44%, en Afrique subsaharienne, bien que le taux est beaucoup plus élevé dans les zones urbaines que dans les zones rurales, où les services de collecte des déchets sont minimal».

Selon le rapport What a Waste 2.0 dressant un diagnostic de la situation de chaque région, il en ressort que l’Asie de l’Est-Pacifique est actuellement le premier producteur de déchets au monde (23 %). Par ailleurs, les pays à revenu élevé, qui ne rassemblent que 16 % de la population mondiale, génèrent plus d’un tiers (34 %) des déchets de la planète.

Cette nouvelle publication, qui vient actualiser un précédent rapport paru en 2012, indique que le volume des déchets produits chaque année va augmenter de 70 % au cours des 30 années à venir, pour s’établir à 3,4 milliards de tonnes. En cause, l’urbanisation rapide, la croissance démographique et le développement économique.