Au terme d’une élection à deux tours très serrée, Alain Bâ Oumar a été élu avec 29 voix contre 28 pour son concurrent Jean Bernard Boumah.

Alain Bâ Oumar, nouveau président de la CPG. © D.R.

 

La Confédération patronale gabonaise (CPG) vient d’élire son nouveau président. Vainqueur de son challenger sur un score de 29 voix contre 28, au terme du second tour, Alain Bâ Oumar prend ainsi les rennes du club des patrons gabonais pour une durée de 3 ans, renouvelable un fois. Il succède à son challenger du jour, Jean Bernard Boumah. Ce dernier assurait l’intérim de la présidence de la CPG, après l’entrée au gouvernement de Madeleine Berre.

Le scrutin qui s’est déroulé en deux tours, a d’abord donné une marge d’avance à Jean Bernard Boumah lors du premier tour (30 voix contre 27). Tenus cependant au respect du règlement intérieur de la CPG, indiquant que pour l’emporter au premier tour le vainqueur doit rassembler au moins les 2/3 des voix, on a alors eu recours à un second tour pour départager les candidats.

Sur les 58 patrons devant composer le collège électoral, 57 ont répondu présent. Les deux postulants, au coude à coude, jusqu’à l’avant-dernière voix du dépouillement (28-28), vont connaître leurs sorts respectifs au tirage du dernier bulletin qui a permis de désigner le vainqueur. Un revirement de deux votants a changé la donne au second tour. Un scrutin serré qui, finalement laisse planer le spectre d’une CPG divisée. Gageons que le nouveau président aura le discours rassembleur pour raffermir les liens entre les patrons, et surtout faire de la CPG un moteur de la vitalité de l’économie gabonaise.

Auteur : Alain Mouanda