Accusé d’avoir régulièrement versé des pots-de-vin pour l’obtention de concessions, le fils de l’ancien Premier ministre d’Omar Bongo a été interpellé le 16 août dernier à Brooklyn, aux Etats-Unis.

© Gabonreview/Shutterstock

© Gabonreview/Shutterstock

 

Soupçonné de corruption par la justice américaine, Samuel Mebiame a été interpellé le 16 août dernier à Brooklyn, aux Etats-Unis, par des officiers fédéraux. Fils de l’ancien Premier ministre Léon Mebiame, l’entrepreneur est accusé d’avoir régulièrement versé des pots-de-vin à des responsables publics au Niger, en Guinée et au Tchad afin d’obtenir des concessions minières pour une structure liée à un fonds d’investissement spéculatif américain, a rapporté le New-York Times. Si l’identité de ce fonds n’est pas dévoilée dans la plainte en question, selon le quotidien new-yorkais, il s’agit de Och-Ziff Capital Management Group, qui gère plus de 39 milliards de dollars d’actifs.

«Les procureurs américains estiment qu’en tant que consultant et arrangeur pour une co-entreprise entre Och-Ziff Capital Management Group et une compagnie enregistrée aux îles Turks-et-Caïcos (territoire britannique des Caraïbes, ndlr), Samuel Mebiame aurait été impliqué dans plusieurs opérations illicites dans les trois pays africains susmentionnés», a révélé le quotidien new-yorkais.

La presse américaine a notamment révélé les paiements, au Niger, de plus de 1,3 million de dollars à une société détenue par des responsables publics, ainsi que la fourniture de «belles voitures» et le règlement de frais juridiques. En Guinée, par contre, les procureurs américains soupçonnent l’entrepreneur gabonais et ses associés d’avoir utilisé des documents à caractère officiel pour avertir des concessionnaires de l’existence de problèmes juridiques entourant leurs permis d’exploitation minière. Au Tchad, enfin, il est soupçonné d’avoir usé de méthodes illicites pour l’acquisition de permis sur des gisements d’uranium pour Och-Ziff Capital Management Group et ses partenaires. Si les responsables du fonds d’investissement américain et l’avocat de Samuel Mebiame n’ont pas répondu aux sollicitations de la presse américaine, il faut noter que Och-Ziff Capital Management Group a confirmé plus tôt cette année être sous le coup d’une enquête du département américain de la Justice, pour soupçons de paiement de pots-de-vin au Zimbabwe, au Congo et en Libye.

Une affaire suivie de près par les pays concernés notamment la Guinée, dont le gouvernement et les autorités judiciaires pénales ont assuré qu’elles mèneront «toutes les investigations nécessaires pour aider les autorités américaines à faire la lumière sur les allégations en lien avec la Guinée». Le pays est par ailleurs disposé à collaborer avec les autorités américaines, «pour apporter toute l’assistance nécessaire à la procédure en cours aux États-Unis».