L’harmonisation de la collaboration entre les deux parties était au cœur d’une séance de travail tenue les  18 et 19 août derniers à Rabat.

Séance de travail à Rabat entre les deux parties © D.R.

Séance de travail à Rabat entre les deux parties © D.R.

 

Dans le cadre des préparatifs de la 22e conférence annuelle (COP22) de la Convention-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC), le comité de pilotage de l’événement a eu une séance de travail, les 18 et 19 août derniers à Rabat, avec des responsables de la CCNUCC. Il s’agissait essentiellement d’examiner, d’harmoniser et de peaufiner la collaboration entre les deux organismes et les moyens pour pérenniser l’élan politique jusqu’à la conférence de Marrakech, du 7 au 18 novembre prochain.

Cette séance de travail a également permis aux deux parties d’échanger sur les rôles de la présidence de la Cop22 et de la CCNUCC, l’agenda des conférences, ainsi que les messages clés à diffuser afin d’aboutir à la réalisation des  priorités et des objectifs fixés à la Cop22.

Ces objectifs englobent notamment l’accélération de la ratification de l’accord de Paris, le renforcement de la mobilisation des acteurs étatiques et non étatiques dans le cadre de l’agenda climat ; ainsi que l’appui aux négociations en vue de parvenir à des solutions concrètes avec des initiatives, et des projets importants au service des populations pour un développement durable humain. Le ministre marocain des Affaires étrangères, président de la Cop22, a ainsi mis en avant l’engagement du Maroc dans la réussite de cet événement. «Sous le leadership de sa Majesté, le royaume du Maroc, avec l’ensemble de ses forces vives, est mobilisé et déterminé à faire de la Cop22 un moment fort et une étape marquante dans le début de l’implémentation de l’Accord de Paris», a assuré Salaheddine Mezouar.

Le secrétaire exécutif adjoint de la CCNUCC quant à lui, s’est félicité du niveau de la collaboration avec le Royaume pour la réussite de ce deuxième événement du genre organisé au Maroc. Richard Kinley a également salué l’engagement de la diplomatie marocaine à travers un système en place professionnel et expérimenté, ainsi que les politiques nationales environnementales et énergétiques qui honorent le Royaume et le mettent en position d’avant-garde par rapport aux questions climatiques et environnementales. «Tous ces éléments constituent un gage pour le succès de cette Cop», a conclu Richard Kinley.