Les modalités et les procédures pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris, sont au cœur de la session de mai sur les changements climatiques, du 8 au 18 mai à Bonn. Des travaux dans lesquels est pleinement investie la présidence de la 22e Conférence des parties (Cop22).

Le Président de la Cop22, Salaheddine Mezouar. © leseco.ma

 

La session de mai sur les changements climatiques a démarré le 8 mai à Bonn, en Allemagne, et se poursuivra jusqu’au 18 mai prochain. Près de 4000 participants dont des négociateurs, des experts en changements climatiques, des membres observateurs, et des représentants de la société civile, représentant au total plus de 184 pays, prennent ainsi part aux réunions des organes subsidiaires de la Conférence-cadre des Nations unies sur les changements climatiques (CCNUCC).

Il s’agit notamment de la 46e session de l’Organe subsidiaire de mise en œuvre (SBI 46) et de l’Organe subsidiaire de conseil scientifique et technologique (SBSTA 46), ainsi que la 3e la partie de la 1re session du Groupe de travail ad hoc sur l’Accord de Paris (APA 1-3). Deux semaines durant, la présidence de la 22e Conférence des parties (Cop22) mènera les efforts collectifs pour avancer sur les modalités et les procédures pour la mise en œuvre de l’Accord de Paris.

Elle organisera également une série de consultations autour du «Facilitative Dialogue», prévu pour 2018. Ces rencontres permettront de renforcer l’action climatique, et d’améliorer les soumissions des contributions nationales (NDC) d’ici 2020. Durant cette première journée de consultations, de réunions et de sessions plénières, le Président de la Cop22 a réitéré que «lors de la Cop22, la Proclamation de Marrakech a confirmé l’engagement des communautés internationales en faveur d’une action climatique irréversible».

Salaheddine Mezouar a aussi souligné l’importance de reconnaître le rôle clé des acteurs non étatiques et de soutenir leur action climatique. Il a également appelé toutes les parties à soutenir la présidence de la Cop23 de Fidji pour faire avancer des projets climatiques concrets. La présidence la Cop22 a également organisé un side-event sur le changement climatique et les droits de l’enfant, en coordination avec l’Unicef.

A cette occasion, le président de la Cop22 a souligné «la nécessité de considérer les effets du changement climatique sur le bien-être des enfants dans notre action mondiale et de veiller à ce que cette relation ait une place importante dans la lutte contre le changement climatique et le développement durable».

La Cop22, tenue en novembre dernier à Marrakech quelques jours après l’entrée en vigueur de l’historique Accord de Paris, a accueilli la première réunion des Parties à cet accord (CMA1). Ce conclave s’est conclu par la Proclamation d’action de Marrakech pour le climat et le développement durable.

La présidence de la Cop22 continue de jouer un rôle essentiel dans la poursuite des négociations sur le climat. Elle maintient également sa position de leader dans le renforcement de la participation de la société civile et des acteurs non étatiques ; par le biais du Partenariat de Marrakech pour l’action climatique mondiale qui a également été lancé à la Cop22. La présidence marocaine de la Cop22 continue jusqu’à la Cop23 en novembre 2017, qui sera organisée à Bonn, en Allemagne sous la présidence de Fidji.