Décoré de l’«Ordre du soleil levant Or et Argent», le 10 novembre 2017 au Palais impérial de Tokyo, Jean-Christian Obame, ancien ambassadeur du Gabon au Japon de 2000 à 2010, a été honoré par l’ambassade nippone au Gabon, le 8 mars à Libreville.

L’ancien diplomate gabonais au Japon, Jean-Christian Obame, le 9 mars 2018. © Gabonreview

 

En reconnaissance de ses multiples actions dans le renforcement des relations diplomatiques nippo-gabonaises, Christian Obame a été honoré par l’ambassade du Japon au Gabon, le 8 mars à Libreville. Une action s’inscrivant dans la continuité de la distinction de l’ancien ambassadeur, déjà décoré de l’«Ordre du soleil levant Or et Argent», le 10 novembre 2017 au palais impérial de Tokyo.

© Gabonreview

«Vous êtes l’architecte du renforcement de la relation japon Gabon (.. .) En 2008 en tant qu’ambassadeur, vous avez accompli une œuvre exemplaire digne d’éloges lors de la tenue à Libreville de la réunion préparatoire de la conférence internationale de Tokyo sur le développement de l’Afrique (Ticad)», a déclaré Masaaki Sato, ambassadeur du Japon au Gabon.

Pour sa part, l’ancien doyen du corps diplomatique gabonais au Japon a vu en cette distinction la rançon des efforts pour la matérialisation des multiples actions menées au plan multilatéral et bilatéral au service du développement du Gabon. Selon Jean-Christian Obame, les actions sur le plan de la coopération bilatérale entre les deux pays, se caractérisent par plusieurs réalisations au Gabon. Notamment, la construction de trois centres d’appui à la pêche artisanale, à Oloumi, Lambaréné et Port Gentil.

L’ambassade du Japon a également contribué à la dotation d’une dizaine de véhicules au bénéfice du corps des sapeurs-pompiers du Gabon. En outre, elle a œuvré à la réalisation du projet de fourniture d’ambulances à l’hôpital Albert Schweitzer de Lambaréné, financé à hauteur de 30 millions de francs CFA.

Sur le plan multilatéral, Jean Christian Obame a affirmé avoir œuvré aux cotés des pairs africains pour l’obtention auprès du Japon, d’une ligne de crédit de 2 milliards de dollars. Soit environs 100 milliards de francs CFA. Logée à la Banque africaine de développement (Bad), cette enveloppe est destinée «au financement des infrastructures dans les pays africains», a conclu Jean-Christian Obame.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga