Visant le renforcement des relations bilatérales entre le Gabon et le Japon, plusieurs volontaires nippons séjournent depuis quelques semaines dans le pays, avec l’ambition d’apporter un appui aux projets de développement financés par le pays du soleil levant.

© Gabonreview/Shutterstock

 

Mettant en pratique son programme d’envoi des jeunes volontaires pour la coopération à l’étranger, l’Agence japonaise de coopération internationale (Jica) a envoyé six volontaires juniors à la demande des ministères concernés par les projets financés par cette agence, pour deux ans.

Après leur apprentissage de la langue française, à leur arrivée fin avril dernier en terre gabonaise, ces jeunes ont été disséminés sur le territoire national, dans leurs lieux d’affectation : Ntoum, Lambaréné, Libreville, etc. Là, ils devront apporter leur appui technique dans plusieurs domaines : Education, santé, aquaculture.

Le groupe est composé de techniciens de laboratoire, de spécialistes de la gériatrie, du développement des ressources halieutiques, d’informaticiens, d’infirmiers et de sages-femmes. L’arrivée de ce nouveau groupe porte à vingt-quatre le nombre de volontaires japonais en activité au Gabon et participe, selon la diplomatie nippone, à renforcer la coopération entre les deux pays.

Dans le même sillage, la Jica a enregistré l’arrivée d’un nouveau Représentant résident du Bureau du Gabon. Aoki Toshimichi séjournera pendant deux ans en République gabonaise. Il a pour mission de gérer l’envoi des volontaires, des experts dans les domaines sollicités par les ministères gabonais. Il devra également suivre et manager le développement des formations, ainsi que l’exécution des projets mis en œuvre dans le pays. Le nouveau Représentant résident du Bureau de la Jica au Gabon a été, tour à tour, en poste en République démocratique du Congo, au Maroc.

A noter que les projets développés dans le pays avec l’appui de la coopération japonaise s’inscrivent dans plusieurs domaines dont la coopération technique avec l’appui d’experts, la planification, la recherche scientifique et technique, l’appui au développement communautaire, environnement et changement climatique, la formation, la participation citoyenne des volontaires.