Si 2017 a été une bonne année pour la Compagnie minière de l’Ogooué (Comilog), qui est certaine d’atteindre le record de 4 millions de tonnes de manganèse d’ici au 31 décembre prochain, l’entreprise du Groupe Eramet entend confirmer ses bons résultats en 2018 voire faire mieux.

Alain Ditona Moussavou, le 1er décembre 2017 à Moanda. © Gabonreview

 

A la faveur d’un dîner de gala organisé les 1er et 2 décembre à Moanda dans le cadre de la célébration de la Sainte-Barbe, la sainte patronne des miniers, Alain Ditona Moussavou a tenu à «faire le point sur l’année presqu’écoulée et sur l’exercice à venir» de la Comilog, dont les résultats ont été plus favorables que les années antérieures. Le président du conseil d’administration (PCA) en a voulu pour preuve qu’au niveau de l’activité minière et industrielle, «grâce aux efforts de l’ensemble des salariés sous l’impulsion de la direction générale et du comité de direction, 2017 sera une année de tous les records avec des niveaux de production et d’embarquement jamais atteints auparavant».

«Aujourd’hui, les 4 millions de tonnes sont à notre portée, c’est un engagement que nous avons pris depuis fort longtemps et confirmé au président de la République. Donc nous devons le faire, c’est aussi une question d’honneur», a rappelé le PCA aux salariés, avant d’aborder le bilan de la Compagnie sur le plan social et sociétal.

Si Alain Ditona Moussavou a revendiqué des investissements de plus de 300 millions de francs CFA en faveur de la santé au travail et de près de 50 millions de francs au profit des établissements scolaires de Moanda et de Mounana, il n’a pas manqué de rappeler qu’une évolution salariale a été rendue possible en juin dernier. Celle-ci a permis aux personnels non-cadres de voir leur salaire de base rehausser de 70 000 francs.

A Comilog, à l’instar de Christophe Minguy, le directeur de la Mine, l’on s’accorde à reconnaître que les résultats de 2017 «sont très bons, au-dessus des prévisions du budget» voire «historiquement au plus haut dépassant la référence de 2015». Seulement, pour Alain Ditona Moussavou, ces résultats positifs qui restent à officialiser d’ici au 31 décembre prochain, «il faudra les confirmer en 2018 et même aller au-delà». D’autant que la Compagnie s’attend à «des résultats financiers intéressants qui vont constituer un socle permettant d’envisager avec confiance les défis à venir avec le projet ‘‘Comilog 2020’’». Pour y parvenir, le PCA a exhorté la direction générale et le comité de direction à veiller aussi bien au maintien qu’à l’intensification du dialogue social au sein de l’entreprise. Il a également invité les salariés à redoubler d’efforts. Chacune des deux parties interpelées doit observer trois principales contraintes : «le respect des règles de sécurité, le respect des normes environnementales et la maîtrise des coûts».

Le projet «Comilog 2020» consiste au redéploiement des activités minières de la Compagnie vers le plateau Okouma. «Ce projet va nécessiter la mobilisation d’importants moyens matériels et financiers, mais surtout de l’audace, de l’engagement de l’ensemble de tous personnels», a prévenus le PCA, s’adressant à ses collaborateurs.