En attendant l’élection du prochain bureau, les affaires courantes de cet organisme seront assurées par un comité de suivi, officiellement entré en fonction le 7 mars courant à Libreville.

Le siège du CNJG à Libreville. © D.R.

 

Ecarté de la gestion des affaires courantes du Conseil national de la jeunesse du Gabon (CNJG), le bureau provisoire à la tête de cet organisme a été remplacé par un comité de suivi. C’était à la faveur d’une cérémonie organisée le 7 mars courant, présidée par le secrétaire général du ministère des Sports, à l’issue de laquelle ce bureau est officiellement entré en fonction.

Composé de six membres issus d’associations affiliées au CNJG, le comité de suivi est présidé par Fatimata Mohamed Ngoni Ratanga. Selon le secrétaire général du ministère des Sports, la mise en place du comité permettra d’assurer «l’équité et la sérénité lors du processus du renouvèlement du bureau exécutif du CNJG». A en croire Charles Mve Ellah, ce processus a déjà été lancé, avec l’installation en cours des conseils provinciaux par la commission ad hoc se trouvant actuellement dans le Woleu-Ntem et l’Ogooué-Ivindo, après la Nyanga, la Ngounié et le Moyen-Ogooué.

Par ailleurs, le secrétaire général du ministère des Sports a rappelé que l’assemblée générale élective du nouveau bureau national du CNJG, aura lieu les 24 et 25 mars prochain à Libreville. «Les postulants sont invités à faire acte de candidature auprès de la direction générale de la Jeunesse et des activités socio-éducatives, au plus tard le 20 mars 2017, délai de rigueur», a précisé Charles Mve Ellah.

A cette occasion, le responsable du ministère des Sports a décliné les éléments constitutifs du dossier de candidature : une lettre de candidature adressée au ministre des Sports avec photo d’identité jointe ; une liste de douze (12) colistiers du candidat ; un curriculum vitae ; un extrait d’acte de naissance ou jugement supplétif régulier et un extrait de casier judiciaire datant de moins de trois ans.

Dans le même sens, les critères des candidats ont également été rappelés. Ces derniers doivent être âgés de 18 ans au moins et de 32 ans au plus ; être membres avérés d’un conseil provincial ou d’un organisme de jeunesse reconnu par le ministère de tutelle et affilié au CNJG ; et avoir un mandat régulier de l’organisme dont on est membre valant autorisation de candidature.