L’Institut sous régional multisectoriel de technologie appliquée, de planification et d’évaluation de projets (Ista), organisme spécialisé de la Communauté Economique et Monétaire de l’Afrique Centrale (Cemac), s’est ouvert au public du 20 au 25 août 2018.

Le stand mettant en lumières les formations offertes par l’Ista. © Facebook.com/ista.cemac

 

© Facebook.com/ista.cemac

Situé à Avorbam, dans la commune d’Akanda, au nord de Libreville, l’Ista a organisé pendant une semaine des journées portes-ouvertes. Une initiative visant à faire connaitre cette école sous régionale au grand public, mais également à présenter les filières de formation qu’elle offre aux futurs étudiants, ainsi que les valeurs culturelles des communautés des pays qu’elle représente.

Des ateliers thématiques organisés sous la forme des conférences-débats ont permis au public de mieux apprécier l’expertise de cet établissement.  Un expert de l’Organisation mondiale des douanes (OMD), André Donald Ngouwa, a édifié l’assistance sur la «Modernisation, promotion des procédures et régimes douaniers économiques : le cas du transit».

Expert du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs de l’Union Africaine (MAEP/UA), le Professeur Mahamoud Youssouf Hkayal a analysé le rôle  de la «science et technologie pour une transformation structurelle de nos sociétés et économies», avant que le Pr. Ousmane Konfé, enseignant-chercheur, consultant en cyber-sécurité et Hamidou Djoumana, ingénieur informaticien, n’abordent le thème de  «l’état des lieux sur la cyber-sécurité au Gabon : Aspects législatif, réglementaire et ressources humaines».

L’ancien ministre, directeur exécutif du Centre de médiation et de gestion des conflits en Afrique, Dr Paul Bunduku-Latha, s’est appesanti sur la «Problématique de la gestion des conflits en Afrique».

Créé en 1980 à Brazzaville (Congo) par la Conférence des chefs d’Etat de la sous-région, pour permettre aux Etats membre de la Cemac de développer les compétences nationales en matière d’évaluation et de gestion des projets, l’Ista a déjà formé plus de 700 cadres de la sous-région dans la gestion et l’évaluation des projets, le management et les transports et logistiques, selon la directrice de l’établissement, Mahadié Outhman Issa.

«Aujourd’hui nous sommes membre du statut permanent à l’Agence universitaire de la francophonie (AUF) et nous avons l’avis favorable de la Commission technique du Cames pour que les diplômes de l’ISTA soient labélisés Cames», a-t-elle déclaré.

L’établissement est ouvert aux étudiants par voie de concours et l’enseignement est conforme au système LMD (Licence -Master – Doctorat).