La Communauté économique des Etats de l’Afrique centrale (Ceeac) a ouvert, le 14 novembre à Libreville, un forum de l’hydrométéorologie. Sa vocation est de mieux prévenir des risques liés aux catastrophes naturelles.

Les représentants de la CEEAC, de l’UE, de la Banque mondiale et des parlementaires posant
le ministre gabonais des Transports, le 14 novembre 2018. © Gabonreview

 

Le premier Forum hydrométéorologique d’Afrique centrale se tient à Libreville du 14 au 16 novembre. Selon le Secrétaire général adjoint de la Ceeac, Marie Thérèse Chantal Mfoula, l’Afrique centrale, à l’instar des autres blocs de construction africaine, ne représente que 4% des émissions mondiales de gaz à effet de serre (GES), alors qu’elle reste parmi les régions les plus vulnérables aux impacts négatifs du changement climatique.

Or, plus de 70% des catastrophes naturelles sont d’origine hydrométéorologique dans la sous-région. Il y a donc nécessité de consolider les cadres d’élaboration des prévisions consensuelles ainsi que les systèmes d’information, en vue de permettre aux décideurs de prendre des dispositions de nature à minimiser les risques de catastrophes.

Dans ce sens, le ministre gabonais des Transports et de la Logistique, Justin Doundangoye, a rappelé que «pour un meilleur résultat, les plateformes nationales de réduction des risques de catastrophes ont besoin d’informations de qualité, susceptibles de permettre une meilleure prise de décision dans le cadre de la lutte contre les vulnérabilités aux phénomènes météorologiques».

La vocation de ce forum est de «permettre à l’Afrique centrale d’élaborer sa feuille de route en adéquation avec ses besoins et conformément aux engagements continentaux et internationaux», a indiqué Justin Doundangoyé.

Organisé par la Ceeac et financé par l’UE, dans le cadre du 10e Fonds européen de développement (Fed), les travaux de ce forum sont très attendus pour accroitre  la capacité d’adaptation aux changements climatiques des Etats de la région. Comme l’ont souligné le representant de l’UE et celui de la Banque mondiale,  les Etats membres de la Ceeac et de l’UE, accompagnés par les partenaires techniques, ont l’impérieux devoir d’apporter des réponses adéquates et durables de manière concertée et intégrée à ces défis.

L’hydrométéorologie est une branche de la météorologie et étudie la dynamique de l’atmosphère pour la formation des précipitations, leur distribution dans les bassins hydrologiques, leurs effets lors de ruissellement vers les cours d’eau et sur les échanges d’énergie avec l’atmosphère.