Très attendues par toute une nation après leur match nul contre la Guinée Bissau, les Panthères n’ont fait mieux qu’un math nul d’un but partout (1-1) contre le Burkina-Faso. Une situation qui compromet leurs chances de qualification au second tour.

Duel entre Issoufou Dayo et Pierre Emerick Aubameyang. © rmcsport.bfmtv.com

 

La deuxième sortie des panthères le 18 janvier au stade de l’amitié s’est encore soldée par un autre match nul d’un but partout. Malgré les bonnes intentions affichées en début de match, marquées par une envie et une détermination de gagner cette rencontre, l’équipe gabonaise n’a pas pû se défaire des Etalons du Burkina Faso très expérimentés.

Pourtant, tout avait bien commencé dans le premier quart d’heures, avec une bonne circulation de balle et une occupation de rationnelle de terrain. Les poulains de Camacho ont affiché de très belles intentions, en exerçant un pressing dans le camp burkinabé qui a failli occasionner l’ouverture du score, avec la puissante frappe de Denis Bouanga qui va s’écraser sur la barre transversale à la 7e minute.

Sans s’affoler, les joueurs burkinabés vont, avec expérience, contenir les assauts de l’équipe gabonaise sans encaisser.

Galvanisés par l’enjeu de la rencontre, les joueurs gabonais vont tous se ruer dans le camp burkinabé, à la suite d’un corner laissant le jeune Johann Obiang seul au rond central. Sur un dégagement de Patrick Malo, Prejuce Nakoulma va le prendre Johann Obiang de vitesse, sur une distance de plus de 30 mètres, pour mystifier deux défenseurs gabonais et tromper d’une pichenette Ovono Ebang. Le Burkina vient d’ouvrir le score sous l’œil pathétique des supporters gabonais abasourdis.

Assommés par cette ouverture de score, les gabonais vont se résigner à regarder les burkinabés faire circuler la balle. A la 37e minute, sur une récupération de balle dans le rond central, Ibrahim Ndong va solliciter son capitaine Aubameyang avec une longue passe sur plus de 40 mètres. Aubameyang récupère la balle et tente de dribbler le gardien burkinabé. Dans le feu de l’action, Koffi va faucher de la main l’attaquant gabonais dans la surface de réparation. Sans hésiter, l’arbitre Gambien Gassama, indique le point de penalty en faveur du Gabon. Sans trembler malgré la forte pression, Aubameyang prend à contre pied le gardien burkinabé et marque le but de l’égalisation.

De retour des vestiaires, les burkinabés vont revenir à la charge en multipliant les assauts devants les buts gabonais grâce Bertrand Traoré, Alain Traoré et Nakoulma. Contre le cours du jeu, les gabonais vont tenter de ressortir la tête de l’eau en se promettant dans le camp burkinabé. A la 81e minute, le gardien burkinabé sort in extremis du pied gauche, la belle frappe de Denis Bouanga. C’était la balle de match pour les gabonais.

Les quatre minutes de temps additionnel accordées par l’arbitre, n’ont pas suffis aux Panthères pour creuser l’écart et donner une victoire à la nation. Avec les deux maigres points, les Panthères se trouvent désormais dos au mur. Elles doivent battre impérativement les Lions indomptables du Cameroun lors de la troisième et dernière journée, si elles veulent accéder au second tour et prétendre faire un parcours honorable dans cette Can organisée dans leur tanière.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga