Tombeurs des Etalons du Burkina Faso au terme de la phase des tirs au but lors de la première demi-finale disputée au stade d’Angondjé, les Pharaons ont validé leur ticket pour la finale du 5 février prochain.

Le gardien égyptien El Hadary, remerciant les supporters, le 1er février 2017 après leur qualification pour la finale. © France 24

 

La formation égyptienne est la première qualifiée pour la finale de la 31e édition de la Coupe d’Afrique des nations. Les Pharaons ont battu les Etalons lors de la séance de tirs aux buts (4-3).

Après avoir démarré la rencontre sur un rythme effréné, les deux équipes ont opté chacune pour l’observation de l’adversaire dans le premier quart de jeu. Vers la demi-heure, les Burkinabés ont mis le pied sur le ballon contraignant les Egyptiens à jouer dans leur camp.

Sans trop forcer, les Egyptiens se sont résolus à attendre les Burkinabés dans leur moitié de terrain. Objectif : limiter les risques et éviter à tout prix d’encaisser un but, en dépit des pressions exercées par Nakoulma et Bancé. Le score restera d’ailleurs à zéro but partout jusqu’à la pause.

Les Burkinabés en pleurs au terme de la séance des tirs au but. © AFP PHOTO / GABRIEL BOUYS

A la reprise, les Egyptiens ouvrent le score à la 65e minute sur une frappe pleine lucarne de Salah, adroitement servi par Karaban depuis l’entrée de la surface de réparation.

Sans rien lâcher, les Burkinabés réussissent à revenir au score sept minutes plus tard, grâce à une frappe de Bancé, avec le soutien de Charles Kaboré. Dès lors, les deux formations décident de jouer la prudence sans se ruer en attaque jusqu’à la fin du temps règlementaire. Aucune n’a réussi à doubler la marque pendant la prolongation.

Lors de l’épreuve de tirs aux buts le gardien égyptien, El Hadary réussi à enrayer les tirs de Bertrand Traoré et Hervé Koffi, et permet à son pays de disputer sa 8e finale de l’histoire de la Can, qui permettra peut-être aux Pharaons de remporter leur 7e couronne.

L’Egypte affrontera le vainqueur de la deuxième demi-finale opposant le Ghana au Cameroun à Franceville le 2 février.

Auteur : Jean-Thimothé Kanganga