Le Café Alanga, 100% robusta du Gabon, s’est imposé sur la scène internationale parmi les meilleurs café du monde. Il a décroché le «Gourmet d’Or» à la 4e édition du concours international organisé à Paris par l’Agence pour la valorisation des produits agricoles (AVPA).

Le directeur général de la Caistab Ismaël Ondias Souna, recevant le trophée du «Gourmet d’Or» pour le café d’Alanga. © D.R.

 

© D.R.

La marque gabonaise de café 100% robusta a été primée le 23 octobre à Paris. Le café Alanga a reçu le Gourmet d’Or dans la catégorie des cafés «rond équilibré», possédant tous ses éléments de saveurs et d’arômes en bon équilibre, lors d’une compétition des cafés torréfiés à l’origine, organisée au Salon international de l’alimentation à Villepinte, près de Paris, par l’Agence pour la valorisation des produits agricoles(AVPA).

La compétition a mis à l’épreuve 200 cafés d’exception issus de 25 pays repartis sur les 4 continents. Présenté par la Caisse de stabilisation et de péréquation (Caistab), le café Alanga a été classé devant le «Lacus café» du Congo, le «café Ginebras gourmet» de la Colombie, le «Santa Fé» du Brésil, lesquels ont reçu le «Gourmet d’Argent».

«Cette distinction permet de voir l’importance du Café d’Alanga dans le milieu agro-alimentaire à l’international et qui es une fierté pour notre pays le Gabon», a déclaré le directeur général de la Caistab, Ismaël Ondias Souna.

Selon l’AVPA qui se propose d’accompagner cette initiative promotionnelle, le monde du café a changé et une réelle valorisation des productions semble désormais possible. Dans les pays producteurs, une vraie conscience s’est fait jour. «Le café n’est plus seulement cette plante coloniale que l’on expédie en Europe ou en Amérique du nord. C’est désormais un patrimoine national que l’on consomme sur place et auquel des producteurs passionnés attachent un soin comparable à celui de nos vignerons ou de nos oléiculteurs», a affirmé le comité d’organisation.

La Caisse de stabilisation et de péréquation est l’outil mis en place par les gouvernants pour relancer le secteur café-cacao, avec la réhabilitation de vieilles exploitations abandonnées et la création de nouvelles.