Pour interconnecter le Gabon au Cameroun et à la Guinée équatoriale, dans le cadre de la première phase du projet Central African Backbone (CAB4), le gouvernement a choisi l’opérateur coréen KT Corporation.

Les signataires du contrat au terme de la cérémonie, le 14 décembre 2017, à Libreville. © D.R.

 

S’il a annoncé pour le 22 décembre prochain l’inauguration officielle de l’interconnexion entre le Gabon et le Congo dans le cadre de la première phase du projet Central African Backbone (CAB4), le ministère de l’Economie numérique devrait lancer dans quelques jours les travaux d’extension de la phase 1 du Backbone national gabonais (BNG). Pour ce faire, il a choisi KT Corporation (ancien Korea Telecom), avec lequel il a signé un contrat, jeudi 15 décembre à Libreville.

Ayant répondu favorablement à l’appel d’offres de l’Etat gabonais, l’opérateur coréen est chargé de construire une liaison fibre optique allant de Booué dans la province de l’Ogooué-Ivindo aux frontières nord du Gabon. Concrètement, il s’agira pour KT Corporation, précise le ministère de l’Economie numérique, de relier Booué-Bitam-Meyo-Kyé et Eboro. L’objectif étant d’interconnecter, au terme du processus, Libreville et Yaoundé (Cameroun) ainsi que Malabo (Guinée équatoriale). L’entreprise coréenne de télécoms aura à installer près de 520 kilomètres de fibre optique terrestre.

Dans le cadre de la construction du BNG, Libreville a reçu un financement additionnel pour la réalisation de l’extension Bouée-Bitam-Meyo-kyé-Eboro. Le financement initial accordé par la Banque mondiale concernait la liaison Libreville-Franceville-Lekoko, actuellement en cours de finalisation.

Lancé officiellement en avril 2015 dans le cadre du CAB4 Gabon, la construction du BNG, «un vaste» réseau de fibre optique étendu sur tout le territoire national d’une longueur de 1 140 kilomètres au total permettra au Gabon d’avoir «une meilleure circulation de l’information à haut débit au niveau national pour la quasi-totalité des secteurs». Le gouvernement y voit un outil permettant de booster l’économie nationale.