Taylor Mabika défiera l’Albanais Nuri Seferi, le 8 juin à Libreville, pour la ceinture World Boxing Council (WBC) Francophone des lourds-légers. Le vainqueur intègrera la fédération la plus relevée de la boxe mondiale.

Les responsables de Yoka Com’Event avec Kennedy Ondo Mba (gauche), Victoire Houngbedji et Kassidy Nzaou (Fegaboxe), le 2 juin 2018 à Libreville. © Gabonreview

 

Un an après son dernier combat au Gabon, à Port-Gentil, Taylor Mabika va remonter sur le ring à Libreville, le 8 juin. Il défiera l’Albanais Nuri Seferi pour la ceinture World Boxing Council (WBC) Francophone des lourds-légers. Les contours de ce combat organisé par Yoka Com’Event et le ministère des Sports, en partenariat avec la Fédération gabonaise de boxe (Fegaboxe), ont été dressés le 2 juin à Libreville.

© Gabonreview

Présenté par les organisateurs comme un «duel», le combat face à Nuri Seferi est un énième test d’envergure pour Taylor Mabika. Sinon plus. Visiblement plus expérimenté, le boxeur albanais compte à son actif 47 combats. Soit plus du double de son adversaire, qui en totalise «seulement» 20. S’il a enregistré huit défaites sur l’ensemble de ses combats, Nuri Seferi peut cependant se targuer d’avoir 38 victoires dont 22 par KO. C’est donc dire l’ampleur de la tâche pour le Gabonais. D’autant que l’enjeu est de taille.

 «La ceinture WBC Francophone mise en jeu dans ce combat est la dernière carte nécessaire pour une entrée dans la fédération la plus élevée de la boxe mondiale», a déclaré la responsable communication et marketing de Yoka Com’Event. «Cette ceinture permettrait à Taylor Mabika d’entrer dans le Top 15 et d’accéder ainsi au championnat du monde lourds-légers de la WBC. Tout comme elle le positionnerait et le conforterait en tant que sérieux challengeur pour le titre WBC International et WBC Silver», a souligné Victoire Houngbedji.

Vu la carrure de l’adversaire, il ne fait aucun doute que «Taylor Mbika aura besoin du public pour se transcender afin de défendre valablement notre drapeau», a estimé le responsable médias de Yoka Com’Event. «Le combat s’annonce difficile», a reconnu Kennedy Ondo Mba, se montrant cependant rassurant sur la bonne forme du boxeur gabonais. «Après son combat en juin dernier, à Port-Gentil, Taylor Mbika est rentré sur Paris où il s’est entrainé. En février dernier, il a eu un combat remporté par KO. Il est à Libreville depuis la semaine dernière où il peaufine sa préparation. Mentalement, il se porte très bien», a-t-il indiqué.

Le «duel» sera précédé de deux combats amateurs et deux autres semi-pros, en lever de rideau. La belle surprise de cette étape c’est le combat féminin qui opposera la Gabonaise Gaëlla Mekemeza à une adversaire capverdienne dans la catégorie des 60 kg. «C’est la première fois que nous aurons un combat féminin au niveau international», s’est réjoui le directeur technique de la Fegaboxe. «Cette fille (Gaëlla Mekemeza) est championne de la zone 3 avec près de 30 combats et seulement deux défaites», a indiqué Kassidy Nzaou. Rendez-vous est pris pour le 8 juin au Palais des Sports de Libreville.