Le bilan du secteur bancaire a reculé de 8,9% à 2196,2 milliards de francs CFA en 2017, contre 2409,7 milliards de francs en 2016. Un repli imputé à la baisse des dépôts de la clientèle, a expliqué la direction générale de l’Economie.

© Gabonreview/Shutterstock

 

A l’instar d’autres secteurs stratégiques de l’économie gabonaise, celui des banques a n’a pas échappé aux contrecoups de l’année 2017. L’année dernière donc, le bilan du secteur a régressé de 8,9% à 2196,2 milliards de francs CFA, contre 2409,7 milliards de francs en 2016. Selon la direction générale de l’Economie, cette baisse est consécutive au repli des dépôts de la clientèle, qui ont enregistré une diminution de 14% à 1857,9 milliards en 2017.

De manière détaillée, les dépôts publics se sont chiffrés à 177 milliards de francs en 2017, soit une baisse de 41%. Ce montant représente seulement 9,5% du total des dépôts collectés sur cette année, contre 14,5% en 2016. Au niveau du secteur privé non financier, «les dépôts se sont amenuisés de 2,2% à 1547 milliards de francs en 2017», a relevé la direction générale de l’Economie.

L’administration a également noté des replis significatifs au niveau des crédits distribués. S’agissant des crédits bruts, ceux-ci sont rétractés à 8,9% à 1633,2 milliards en 2017, contre 1792,6 milliards un an plus tôt. De manière spécifique, les crédits octroyés au secteur privés ont baissé de 3,1% à 1051,6 milliards de francs en 2017. Ce qui représente 64,4% du total des crédits, contre 60,6% en 2016.

Pour ce qui est des crédits octroyés aux administrations publiques, la direction générale de l’Economie relève des chiffres également en retrait en 2017, à 461,5 milliards de francs (-20,1%). Un montant représentant 28,3% de l’ensemble des crédits bruts distribués. Dans le lot des crédits distribués, l’on relève également le retrait de ceux accordés aux entreprises publiques.

Les crédits consentis aux entreprises publiques se sont élevés à 28,2 milliards de francs CFA en 2017, contre 42 milliards en 2016. Soit une baisse de 32,9% entre les deux années.