Crédité d’un match décevant face au Mali, le 11 novembre à Franceville, Axel Meye estime avoir fait son match si l’on tient compte de la tactique du coach. «Je pense avoir fait de mon mieux car j’ai gagné la majorité de mes duels», a confié l’avant-centre à Gabonreview.

Axel Meye après la séance d’entrainement des Panthères, le 13 novembre 2017 à Franceville. © Gabonreview

 

Gabonreview : Un mot sur votre prestation personnelle et celle de l’équipe face au Mali ?

Axel Meye : Je pense que nous nous sommes plutôt bien comportés dans l’ensemble. Nous avons joué contre une bonne équipe malienne, avec des jeunes dynamiques. Nous aurions bien aimé l’emporter, hélas. Qu’à cela ne tienne, nous avons terminé cette phase éliminatoire avec six points. Et je dirais que le plus important, à l’issue de cette opposition, était de ne pas perdre.

Vous avez été crédité d’une prestation hors norme à Bouaké face à la Côte-d’Ivoire, et décevante face au Mali à Franceville. Qu’est-ce qui peut justifier un tel écart de performance ?

Je dirai que les matchs ne se ressemblent pas. Tout comme les équipes ne sont pas les mêmes. Je pense avoir joué mon rôle en m’appuyant sur mes qualités. Un aspect de la tactique du coach consistait notamment à conserver les longs ballons, trouver un partenaire décalé et construire le jeu à partir de là. A ce niveau, je pense avoir fait de mon mieux car, j’ai gagné la majorité de mes duels. Dommage que m’a prestation n’ait pas été récompensée par un but. Qu’à cela ne tienne, nous avons un match contre le Botswana et j’espère que cette fois-ci, ça passera.

Cette inefficacité devant le but n’était-elle pas liée au fait d’avoir joué à domicile, dans une enceinte où le Gabon demeure invaincu jusqu’ici ?

Vous savez, un joueur est toujours sous pression à chaque fois qu’il foule la pelouse. Peu importe l’expérience qu’on a, la pression est toujours là d’une manière ou d’une autre. Notamment à domicile, face à son public…