Cette activité a enregistré, en 2015, une baisse de 1,1% de son chiffre d’affaires à 118,9 milliards de francs CFA, contre 120,2 milliards de francs l’exercice précédent. Une tendance baissière s’étant poursuivie au cours du deuxième trimestre 2016.

© financialafrik.com

 

Jusqu’ici épargné par le contexte économique morose que traverse le pays, le marché de l’assurance cède petit à petit à la pression de cette conjoncture défavorable. Une situation favorisée par la situation des arriérés de primes de l’Etat auprès des compagnies d’assurances.

En 2015, en effet, le chiffre d’affaires consolidé du secteur a enregistré un repli de 1,1% à 118,9 milliards de francs CFA, contre 120,2 milliards de francs l’exercice précédent. Une méforme beaucoup plus perceptible dans les deux composantes de l’activité (non vie et vie) du secteur des assurances.

Cette atonie s’est également ressentie sur les placements du secteur, ayant enregistré une baisse de 5,5% à 126,3 milliards de francs CFA en 2015, en rapport avec la faiblesse des opportunités sur les différentes places financières en zone Cima (Conférence interafricaine des marchés d’assurance). Toutefois, «les placements au Gabon demeurent les plus importants avec 75% du total des placements des sociétés d’assurance contre 24% et 1%, respectivement dans les zones Cima et hors Cima», note-t-on.

Les trois quarts des placements du secteur ont été essentiellement réalisés dans des placements financiers avec 79 milliards de francs CFA en 2015. Si les placements ont quelque peu conforté la santé du secteur en 2015, rien n’a laissé présager que les choses se sont améliorées entre temps.

En effet, la tendance baissière dans les assurances s’est poursuivie au cours du deuxième trimestre 2016. Sur cette période, le chiffre d’affaires consolidé a ainsi chuté de 6,5%, se situant à 55,56 milliards de francs CFA, contre 59,42 milliards de francs à la même période sur l’exercice précédent.

Le Gabon comptabilise au total neuf compagnies d’assurance, dont le chiffre d’affaires est de l’ordre de 120 milliards de francs CFA. La branche non vie représente 85% du total des émissions du secteur, avec près de 101,6 milliards de francs CFA en 2015 avec six compagnies. La branche vie quant à elle, représente 15% de l’encours des primes du secteur sur cette même période, soit 17,3 milliards de francs CFA et totalise trois compagnies d’assurances. A cela s’ajoutent une compagnie de réassurance et 24 courtiers d’assurance agréés.