Conseiller chargé de la communication et des relations publiques à l’ambassade du Gabon en France, Arthur Sabi Djaboudi a récemment publié un ouvrage intitulé «Presse d’opinion et luttes politiques en Afrique francophone. Le Gabon de 1922 à 1990».

Arthur Sabi Djaboudi, présentant son ouvrage à la presse. © D.R.

 

A la faveur du Salon du livre de Paris, du 16 au 19 mars dernier, Arthur Sabi Djaboudi a fait la promotion de son second ouvrage intitulé «Presse d’opinion et luttes politiques en Afrique francophone. Le Gabon de 1922 à 1990».

Dans ce livre de 370 pages paru aux Editions Publibook à Paris et préfacé par le Professeur Etienne Damome, l’auteur sonde le passé et le présent pour mieux penser l’avenir. À la lecture du titre, le lecteur pourrait croire que l’ouvrage est uniquement centré sur la situation gabonaise. Cependant, il se rendra très vite compte que son auteur le situe dans un univers qui déborde très largement le Gabon.

«Comment la presse gabonaise s’est-elle historiquement construite ? De ses très lointaines origines «missionnaires» à sa situation contemporaine, quelles phases a–t-elle traversées ? Et, réciproquement, comment a-t-elle accompagné les bouleversements politiques au Gabon ? Soumission au pouvoir ou impertinence, musellement ou critique des élites : comment a-t-elle navigué entre ces pôles ? Et qui sont les acteurs majeurs et incontournables de son évolution ?», telles sont les bases de la réflexion que mène ce docteur en Sciences de l’information et de la communication de l’université Michel Montaigne-Bordeaux III.

Première et quatrième de couverture de l’ouvrage. © Gabonreview

En quinze (15) chapitres, Sabi Djaboudi part de l’analyse de «La communication africaine avant la pénétration coloniale», à «La liberté de la presse, indispensable pour une démocratie plus vivante» en passant par des réflexions sur «Le renouveau politique et médiatique au Gabon», «La presse libre, acteur et témoin du processus démocratique», «L’apparition de la presse satirique comme mode de revendication politique», entre autres pour aboutir au fait que depuis 1990 «la libéralisation des medias a entraîné une floraison de journaux privés très virulents à l’égard du pouvoir». Ceci, «même si les difficultés structurelles que connaissent ces journaux empêchent, en pratique, une réelle diversité et révèlent les limites de l’indépendance des journalistes vis-à-vis des responsables politiques».

Très influencé par le cadre politique, juridique et économique, le changement que représente l’apparition d’une presse indépendante est lié, selon l’auteur, à la crise qui sévit dans la plupart des pays africains, et celle de la presse est à la fois une conséquence de la crise générale et un miroir grossissant de celle-ci. Elle se traduit ainsi dans une crise de légitimité avec notamment le soutien univoque qu’elle donnait aux dirigeants en place.

A travers cet ouvrage, l’auteur offre un panorama de la presse francophone tendant à montrer un contexte historique et sociopolitique quelque peu uniforme. «Les spécificités gabonaises ne se dégagent que dans les derniers chapitres, et encore, il y a un va-et-vient incessant à tous points de vue entre le reste de l’Afrique francophone et ce pays de l’Afrique centrale», note le préfacier.

Né au nord-est du Gabon, Arthur Sabi Djaboudi est depuis 2014, Conseiller, chargé de la communication et des relations publiques à l’Ambassade du Gabon en France. Chercheur au Département de littérature, des sciences du langage et de la communication de l’Institut de recherches en sciences humaines (IRSH/CENAREST). Il est également l’auteur de l’ouvrage «Les Médias d’Etat au Gabon. Permanence et mutations» Paris, L’Harmattan, 2017.