Au terme d’un long séjour Qatarien, de près de deux semaines, au cours duquel il a pris part à la 18e session de la Conférence des parties à la convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques (CCNUCC) et au Forum international sur le sport, le Forum Doha Goals, le président Gabonais, Ali Bongo Ondimba, s’est rendu à la Malabo où il assiste, le 13 décembre 2012 aux côtés de ses pairs, au 7e sommet des chefs d’État et de gouvernement d’Afrique, Caraïbes, Pacifique (ACP).

La traditionnelle "photo de famille" des participants au 7e sommet des chefs d’État et de gouvernement d’Afrique, Caraïbes, Pacifique (ACP) © AFP

La traditionnelle “photo de famille” au 7e sommet des chefs d’État et de gouvernement d’Afrique, Caraïbes, Pacifique (ACP) © AFP

Il n’aura fallu que 7 heures pour parcourir les 5 110 kilomètres entre Doha (Qatar) et Malabo (Guinée équatoriale) à Ali Bongo Ondimba. Il y a rejoint les dirigeants de 78 autres pays ACP afin de débattre sur «l’avenir du groupe ACP dans un monde en mutation : enjeux et opportunités».

Le septième sommet des chefs d’État et de gouvernement impliqués dans les relations économiques entre pays d’Afrique Caraïbes Pacifique (ACP) et ceux de l’Union européenne, qui se tient durant quarante huit heures dans la capitale équato-guinéenne de Malabo, est une occasion pour les différents participants de redéfinir l’avenir du partenariat avec l’Union européenne.

Les discussions sur l’avenir du groupe ACP portent sur les enjeux commerciaux, notamment les accords de partenariat économique avec l’Union européenne (UE), ainsi que la nature des relations ACP-UE en général.

Les chefs d’État entendent également parler de la paix, de la sécurité et de la bonne gouvernance des États et régions ACP ; de l’avenir du financement du développement (y compris le Fonds européen de développement) et des partenariats faisant suite au partenariat de Busan ; de la coopération plus poussée au sein du groupe ACP ; et des partenariats diversifiés, notamment avec des groupes tels que les pays BRICs.

Une session sur l’environnement, le changement climatique et la sécurité alimentaire, et un dialogue de haut niveau sur l’énergie et le développement durable sont également à l’ordre du jour.

Ce sommet devrait représenter une étape importante pour les 79 pays membres du groupe ACP, qui compte 40 pays parmi les moins développés et 30 petits États insulaires en développement. «Nous sommes dans un monde en pleine mutation avec plusieurs crises : crise financière, crise alimentaire, crise climatique, crise énergétique… donc il est important que ce groupe des pays ACP se réunisse pour voir comment travailler ensemble», a déclaré le secrétaire du groupe Mohamed Ibn Chambas lors d’une conférence de presse le 12 décembre 2012.

«L’une des pommes de discorde (entre l’UE et le groupe ACP), ce sont les négociations des Accords de partenariats économiques (APE)», a déclaré dans son discours d’ouverture le secrétaire général du groupe, le Ghanéen Mohamed Ibn Chambas, cité par l’AFP. L’une des raisons majeures de la discorde est notamment la décision du Parlement européen de réduire le nombre de pays bénéficiant du Système de préférence généralisé (SPG, régissant les échanges des pays ayant adhéré à l’OMC) à partir de 2014.

Le SPG propose des réductions de droits de douane ou un accès au marché communautaire en franchise de droits pour les exportations de 178 pays et territoires en développement. Le taux d’ouverture aux produits et services européens, (l’UE demandant 80% d’ouverture alors que l’Afrique centrale n’est prête à en concéder que 71%) sera aussi au centre des pourparlers.

Autre point de désaccord: la volonté de l’Union européenne de modifier les conditions des APE, introduisant des «questions supplémentaires telles que (…) la gouvernance fiscale», explique le projet d’ordre du jour du sommet. «La Commission européenne a imposé la date butoir de janvier 2014 (prolongé à janvier 2016) pour la finalisation de ces négociations et va pénaliser les pays qui ne sont pas à même d’atteindre un accord sous ce délai», a encore déploré Mohamed Ibn Chambas.

«Après une dizaine d’années de négociations (au sujet des APE), nous sommes loin de parvenir à un accord», a souligné pour sa part John Dramani Mahama, le président du Ghana qui avait accueilli le dernier sommet ACP en 2008. M. Mahama a qualifié de «déplorables» les échéances fixées pour la fin des négociations.

«A part quelques détails, notre offre de partenariat pour le commerce est claire», a réagi le commissaire européen chargé du Développement, Andris Piebalgs. «Le temps est venu pour les ACP de s’engager ou non dans ce partenariat et d’en recueillir les fruits ou non», a-t-il lancé dans son allocution. «Ne pas saisir cette opportunité serait regrettable», a ajouté le responsable européen, soulignant que «le partenariat UE-ACP a un rôle essentiel à jouer».

De son côté, le président équato-guinéen Teodoro Obiang a proposé «la création d’une organisation de coopération économique Sud-Sud» dont Malabo serait «le berceau», ou de «renforcer le groupe des 77 afin de le réorienter vers des objectifs politiques, économiques et commerciaux pour les pays du Sud». Grâce à ses pétro-dollars, la Guinée équatoriale est beaucoup plus présente sur la scène internationale ces dernières années, la coopération Sud-Sud étant l’un des chevaux de bataille de son président.

Cette rencontre de deux jours doit déboucher sur la mise en place d’un groupe de personnalités de haut niveau qui sera chargé, pendant les deux prochaines années, de réfléchir sur les pistes relatives à l’avenir du partenariat ACP-UE afin de faire évoluer les accords de partenariat économique (APE) qui continuent d’accentuer la dépendance des pays africains.

Sont notamment présents, lors de cette rencontre, le chef de l’État béninois et président en exercice de l’Union Africaine (UA), Thomas Yayi Boni et la présidente de la commission de l’UA Nkosazana Dlamini-Zuma. La présence du secrétaire général des Nations Unies, Ban Ki-moon, pourtant annoncée avant le sommet, n’a toutefois pas été confirmée.

En 1975, les pays ACP avaient signé avec l’UE la convention de Lomé, remplacée en 2000 par l’accord de Cotonou, portant principalement sur des accords de partenariat économiques (APE), un processus encore très loin d’aboutir aux résultats escomptés.