Repreneur de l’usine de Siat en juillet 2016, Olam nourrit de belles ambitions à Lambaréné, où elle entend doper la production d’huile et de savon. Un objectif déjà atteint au niveau du second produit.

Eric Alain Mboumba sur l’usine d’Olam à Lambaréné, le 14 janvier 2017. © Gabonreview

 

Avec son rachat par Olam il y six mois, l’ancienne raffinerie d’huile de palme de Siat Gabon, à Lambaréné, est entrée dans une nouvelle ère. S’il est encore trop tôt pour dresser un bilan des performances de l’usine sous le repreneur, il n’en demeure pas moins qu’elle est opérationnelle et fonctionnelle.

moment de la visite de l’usine d’Olam à Lambaréné, le 14 janvier 2017. © Gabonreview

«Nous sommes ici au site Olam Gabon de Lambaréné, l’usine de raffinage. Dans cette usine, nous recevons l’huile de palme brute en provenance des huileries d’Awala et de Makouké. Cette huile est acheminée sur site par camion, dans des citernes de 24 000 litres», a détaillé le chef d’atelier conditionnement huile-savon de l’usine, le 14 janvier à Lambaréné.

Selon Eric Alain Mboumba, l’acheminement de l’huile par voir fluviale est également envisageable. «Nous avons également de l’acheminement de l’huile brute par voie fluviale, pour le site de Makouké. Toutefois, cette option n’est pas encore exploitée et nous privilégions la voie terrestre», a-t-il expliqué.

Journalièrement, l’usine de Lambaréné traite entre 50 et 60 tonnes d’huile de palme brute, pour une production mensuel d’environ 365 packs d’huile en produits finis. Au niveau du savon, les chiffres sont tout aussi éloquents. «Notre capacité de production a augmenté : au lieu de 10 tonnes jour avec Siat, nous avons doublé cette performance sous Olam», a révélé Eric Alain Mboumba.

De manière générale, le responsable d’Olam a soutenu que la capacité de traitement de l’usine de Lambaréné a considérablement augmenté. «Comme vous le savez, la capacité de l’usine d’Awala, qui nous ravitaille en huile brut, a une forte capacité de production en huile rouge», a-t-il relevé, déduisant que cela impactera nécessairement la production générale de l’usine de Lambaréné.

Des performances et prévisions reposant en premier sur le personnel de l’usine, dont la majorité est issue de l’ancien employeur. «Nous repris cette usine avec des personnes qui y travaillaient déjà. Olam a fait le choix de garder ce personnel, jouissant d’une expérience certaine, composé essentiellement de Gabonais», a indiqué le chef du personnel de l’usine.

A son arrivée, Olam a ainsi ajouté quelques éléments à ce personnel existant, pour coller aux exigences de production. «En gros, nous sommes 78 employés spécialisés dans la production d’huile et de savons. Nous avons également trois savonniers, en poste depuis l’ère Agro Gabon, symbolisant la maitrise du processus de production de l’huile et du savon dans le pays», a conclu Harcourt Essingone.