Partager

Lundi 27 février

18h30

Discours d’ouverture

 

19h00

Sur le sentier du requiem de Pierre-Marie Dong 20′

Gabon – 1971

Libreville. Au lendemain de l’Indépendance. Un jeune cinéaste, récemment rentré au pays natal médite sur la société qu’il vient de retrouver. Il s’arrête devant une bagarre : des images d’actualités et celles de son imagination se mêlent à l’écran. Son écriture cinématographique exprime le choc des images dans un montage alterné. Il installe le contraste entre société traditionnelle et monde moderne, Afrique et Europe, religion et violence, Noirs et Blancs, danse et répression, luxe et pauvreté ou guerre et paix – et sur l’organisation des symboles…

Le film porte le désarroi de l’auteur lui-même, qui vient de vivre à Paris les événements de mai 68. Images réelles et imaginaires, passé et présent se bousculent en un poème visuel frappant et témoignent d’une époque et de ses hommes de cinéma : «Le but du film est d’amener le public intellectuel africain à prendre conscience de son aliénation. Il y a une double aliénation, car en fait rien n’a changé depuis l’indépendance au moins dans les rapports psychologiques à l’intérieur de nos sociétés.» – Pierre- Marie Dong in Le cinéma africain des origines à 1973 (Paulin Vieyra, Ed. Présence Africaine)

R/D : PIERRE-MARIE DONG • Sc : Pierre-Marie Dong, Martin Louembet • Ph/C : J. Ondo • P : Pierre-Marie Dong, Radio Télévision Gabonaise • 20’ • 16mm • Doc • N&B/B&W • Int/Cast : Pierre-Marie Dong

19h30

Identité de Pierre-Marie Dong 90′

Gabon – 1972

Pierre, un jeune artiste, rentré d’Europe, est à la recherche de sa véritable personnalité. Dans la campagne, Jo, Ringo, Sancho et Bob préparent l’attaque à main armée d’une station-service. Après le braquage, Sancho ne fuit pas avec les autres et rencontre Pierre avec qui il deviendra ami. Alors que le voyou finit par être arrêté, Pierre, lui, retourne dans son village natal pour y retrouver la jeune fille que la coutume lui destine et se soumettre au rituel de l’initiation « même si cela ne mène à rien », comme il dit. Identité était un point d’interrogation sur la place du jeune intellectuel africain dans son contexte national.

R/D : PIERRE-MARIE DONG • Sc : Pierre-Marie Dong • Ph/C : Jean- Claude Marteling • S : Robert Sonnet • P : Radio Télévision Gabonaise • 90’ • 16 mm • F • Coul/Col • Int/Cast : Daniel Odimbossoukou, Simon Nzang, Charles Bourdette, Patricia Colombani, Eliane Ferron